BURUNDI: UNE ÉPIDÉMIE DE MALARIA DÉCLARÉE PAR LES AUTORITÉS

À la suite d’un rapport de l’organisation mondiale de la Santé (OMS), le ministre de la Santé Josiane Nijimbere a déclaré ce lundi 13 mars 2017 que le Burundi faisait face à une épidémie de paludisme. En effet, depuis le début de l’année cette maladie causé par l’anophèle femelle a fait pas moins de 700 morts.

Selon elle, pas moins 1.8 millions d’habitants atteint de cette maladie ont été enregistrés en l’espace de deux mois et demi seulement. Rien que pour l’année 2016, le nombre de cas atteint était de 8,2 millions d’habitants pour environ 3 000 décès. Des chiffres inquiétants sachant que la population du Burundi ne dépasse pas les 11 millions d’habitants.

QUELLES POURRAIENT ÊTRE LES CAUSES DE CETTE ÉPIDÉMIE ?

Cette année, l’Oms avait déployé des experts afin de démystifier les souches de ces infections du parasite qui. Leur action a permis de localiser les zones où le taux de personnes atteintes est beaucoup plus élevé. Des localités comme Muyinga, Karuzi, Kirundo, Gitega et Ngozi concentrent ainsi 56% des cas enregistrés.

« Les déterminants probables de cette situation sont des facteurs liés aux changements climatiques dans un contexte marqué par un phénomène El Niño, qui touche la sous-région », notera le rapport.

Selon les experts de l’OMS, le développement des marais pour la riziculture dans les zones de haute altitude et le manque de distribution de moustiquaires depuis 2014 constituent les éléments les plus déterminants qui a la cause de ce fléau.

NegroNews

Commentaires

commentaires