IL PASSE DE PLONGEUR À CO-PROPRIÉTAIRE DU MEILLEUR RESTAURANT AU MONDE

De plongeur à co-propriétaire d’un restaurant, voilà une « succes strory » qui peut faire rêver cendrillon. Loin du conte de fée l’histoire est pourtant réelle, et c’est celle d’Ali Sonko. 

Père de 12 enfants, Ali Sonko 62 ans, est Africain originaire de la Gambie, plongeur dans ses débuts cet immigré est devenu co-propriétaire du Noma, restaurant danois élu à plusieurs reprises ‘meilleur restaurant du monde. En effet situé à Copenhague au Danemark, le Noma a été à quatre reprises (2010, 2011, 2012 & 2014), élu meilleur restaurant du monde par le magazine Restaurant. Un mérite qu’il doit sans aucun doute à son équipe. Un collectif dont Sonko Ali nonobstant son statut de plongeur, a su s’imposer comme l’une des pièces maitresse.

Employé au Noma depuis 2003 date de sa création, Ali Sonko incarne parfaitement l’esprit d’ouverture du restaurant de René Redzepi. Mais ce n’est qu’en 2010 qu’ Ali Sonko sort de l’ombre alors qu’il se voit refuser son visa d’entrée pour le Royaume-Uni et ainsi pour sa participation à la remise de prix du 50 Best. Le Noma venait de gagner la première place au classement des meilleurs restaurants du Monde et Ali n’a pas pu aller récupérer le trophée à Londres avec le reste de l’équipe. Une situation embarrassante pour le reste de l’équipe qui en hommage à leur collègue a porté des t-shirts arborant la photo d’Ali en montant sur scène. Ali n’ira à la remise des prix du 50 Best qu’en 2012.

C’est dans le cadre du prochain déménagement du restaurant, René Redzepi a annoncé fin de semaine dernière, que pour la nouvelle aventure qui s’annonce. Ali Sonko rejoindra l’équipe dirigeante de sa structure, simultanément avec deux autres membres du personnel (le directeur de salle du Noma, Lau Richter et le directeur d’exploitation James Spreadbury). René Redzepi a ensuite expliqué pourquoi Ali, qui a commencé à travailler comme plongeur à Noma quand ils ont ouvert il y a 13 ans, a été une partie intégrante du succès de l’entreprise ! Rappelant que le père de René Redzepi était un immigré macédonien qui a commencé à travailler comme plongeur quand il est arrivé dans le pays. « Que vaudrait Noma sans ses employés ? Ali est le cœur et l’âme du Noma. Je ne crois pas que les gens savent ce que signifie le fait d’avoir une personne comme Ali dans une entreprise ! » a déclaré René Redzepi.
Quant au concerné : « Je ne peux pas dire combien je suis heureux de vivre ici. Ils sont les meilleurs collègues de travail du monde et ils sont tous mes amis. Ils me témoignent énormément de respect. » 

Ali Sonko qui se verra obtenir 10% de la société qui contrôle toutes les activités commerciales de Noma et qui a été évaluée à 20 millions de dollars par Redzepi, mais il continuera néanmoins à travailler comme plongeur (paradoxe ?).

NegroNews

Commentaires

commentaires