COLONISATION : UN JOUR OU L’AUTRE LA FRANCE DEVRA ASSUMER 

Emmanuel Macron, homme politique de gauche et ancien ministre de l’Économie française de 2014 à 2016, avait déclaré le 15 février dernier à l’occasion d’une visite en Algérie, que la colonisation est un crime contre l’humanité. Des propos qui ont été le centre d’une très grosse polémique au plaisir des médias. Opinion publique, médias, classe politique, tout le monde y est allé de son appréciation.  

Face à ce refus systématique de nier comme bon nombre de ses pairs, ses propos auront suscité chez une certaine catégorie de personnes, notamment chez la classe politique un profond mécontentement. En effet, c’est très coutume chez Macron ce genre de sortie médiatique. Il avait aussi déclaré que la colonisation en Algérie comportait des «éléments de civilisation et des éléments de barbarie».

Si bien que la polémique ne cesse de retomber, son importance n’est plus à raconter et montre que ladite colonisation reste un sujet extrêmement délicat. 

Cependant que les propos de Macron relèvent d’une forte sincérité ou d’une déclaration démagogique électoraliste, les différentes déclarations du candidat ont le mérite d’alimenter le débat sur la colonisation, et de lui donner toute sa place dans la campagne présidentielle, car il n’est pas le seul à s’être exprimé sur ce sujet.

Pour son avenir et sa cohésion nationale la France ne pourra pas indéfiniment échapper à cette question, elle a le devoir d’assumer son passé et d’en faire un bilan objectif.

Commentaires

commentaires