LE TCHAD MET UN TERME AU MARIAGE PRÉCOCE

Il y a des pratiques qui honorent les traditions africaines et font de facto sa beauté, toutefois certaines d’entre elles jugées extrémistes avec le temps, ne nécessitent elles pas d’être tout simplement abolies ? C’est le cas du mariage précoce qui vole pratiquement à plus de 15 millions de jeunes filles dans le monde les plus belles années de leur vie (l’enfance et l’adolescence).

D’aucuns pensent que le mariage précoce avec toutes les conséquences qu’il entraîne « maintient les filles dans leur statut inférieur à l’homme et ne leur permettent pas de sortir de la pauvreté ». Ngarmbatina Carmel Sou IV, ministre tchadienne de la Femme, de l’Action sociale et de la Solidarité nationale quant à elle estime que : « le mariage précoce est une violation non seulement des droits humains, mais aussi de la convention relative aux droits de l’enfant et de la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant ».

Au Tchad, « 69% des femmes âgées de 20 à 49 ans ont été mariées avant l’âge de 18 ans […] Pour combattre ce fléau, nous devons tous nous mobiliser: gouvernement, société civile et les partenaires qui nous soutiennent, afin de nous assurer que les filles aient accès à l’éducation, à l’information, aux services de santé et à la formation pour un avenir sûr », conclut la ministre de la Femme. D’après le site d’information  » TchadInfos.com » : cette situation plus que désastreuse a contraint l’assemblée nationale tchadienne à statuer et à adopter une loi interdisant le mariage des enfants mineurs et punissant d’un emprisonnement de 5 à 10 ans et d’une amende de 500.000 à 5.000.000 F CFA (1.000 à 10.000 dollars) toute personne qui contraint, par quelque moyen que ce soit, une personne mineure au mariage, ainsi que l’autorité civile, religieuse ou traditionnelle ayant célébré un tel mariage.
NegroNews

Commentaires

commentaires

Archives

%d blogueurs aiment cette page :