[SOCIÉTÉ] LE CARBURANT AVEC UNE HAUTE TENEUR EN SOUFRE, L’AFRIQUE DE L’OUEST DIT NON

Il y a quelques mois, un rapport, intitulé Public Eye, révélait comment les négociants suisses en matières premières profitaient des faibles standards en Afrique pour produire, livrer et vendre des carburants à haute teneur en soufre, interdits en Europe. Face à cela, mais surtout face à un niveau de pollution de plus en plus alarmant, cinq pays d’Afrique de l’ouest ont décidés de revoir à la hausse les normes de qualités applicables au carburant qui leur est vendu.

Le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Nigeria et le Togo ont décidé, au cours d’une réunion qui s’est tenue le 1er décembre à Abuja(Nigeria), de proscrire les carburants à haute teneur en soufre, importés massivement dans la région. « Les carburants à faible teneur en soufre sont produits en quantité largement suffisante dans le monde pour absorber la demande des pays émergents qui se dotent de standards stricts », affirmait Jane Akumu, responsable de l’Afrique au Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), qui parrainait la réunion.

Il était nécessaire que cette mesure voit le jour, il faut espérer maintenant qu’elle fasse tache d’huile dans toute la sous-région. C’est d’abord une question sanitaire quand on sait aujourd’hui, par le biais du rapport de Public Eye que, les carburants analysés présentent jusqu’à 378 fois plus de soufre que la teneur autorisée en Europe. Ils contiennent d’autres substances très nocives, comme du benzène et des aromatiques polycycliques, à des niveaux également interdits par les normes européennes.

Le Nigeria a décidé de diviser par 60, dès le 1er juillet 2017 la teneur en soufre de diesel, passant de 3000 à 50 partie par million(ppm). Cette décision du géant africain ne devrait pas laisser de marbre les autres Etats.

Commentaires

commentaires