THIAROYE: LES TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS TUÉS PAR L’ARMÉE FRANÇAISE

 

Nous sommes le 1er décembre 1944, il est 3 heures du matin lorsque l’armée de « la République » assassine lâchement 70 tirailleurs sénégalais.
La raison ? Ils réclament le paiement de leurs indemnités et pécules promis depuis des mois.

Les faits se déroulent au Sénégal, dans un camp militaire, à quelques kilomètres de Dakar: c’est le Massacre de Thiaroye.
Dans une opération de « BLANCHIMENT » des troupes françaises, la France décide de démobiliser ses combattants nègres ayant servis à ses cotés les deux guerres mondiales durant. Des combattants sont donc à cet effet embarqués pour le Sénégal. Sont ainsi regroupés dans le camp de Thiaroye à une quinzaine de kilomètres de Dakar, des tirailleurs sénégalais, ils viennent du Sénégal, du Dahomey (actuel Bénin), du Soudan français (actuel Mali), de la Côte d’Ivoire, de l’Oubangui-Chari (actuelle Centrafrique), du Niger, du Tchad, du Gabon et du Togo.

Tous espèrent rentrer en possession de leurs droits promis depuis des mois(indemnités et pécules), il n’en sera rien. Bien au contraire, face à leur impatience, la République, la « mère patrie » pour laquelle, au péril de leurs vie ils ont combattus, celle là même va répondre aux demandes par la violence et la mort. En effet, accusés de mutinerie par leur hiérarchie, les soldats seront purement et simplement exterminés par l’armée française ce 1er décembre 1944.

Aujourd’hui encore la France peine à pleinement porter sa responsabilité. Certes elle a su enfin reconnaître ses erreurs par la voix de François Hollande en 2012, mais elle n’assume pas totalement en parlant de 35 morts alors qu’un rapport du 5 décembre 1944 évoque « 24 tués et 46 blessés transportés à l’hôpital et décédés par la suite », soit finalement 70 morts parmi les tirailleurs.

Liberté, égalité, fraternité… enfin, pas pour les indigènes.

Commentaires

commentaires

Archives

Fermer

%d blogueurs aiment cette page :