[POLITIQUE] AFRIQUE : LE MAROC VEUT « RETROUVER SA PLACE » AU SEIN DE L’UA

 

Il y a 41 ans, le 6 novembre 1975, 350.000 volontaires prennent la direction du Sahara occidental. Cette marche, surnommée « la marche verte », qui dura plusieurs jours avait pour objectif de libérer le désert de l’occupation Espagnole. C’est à l’occasion de la célébration du 41ème anniversaire de la libération du Sahara, que le roi Mohammed IV a choisi de réitérer, à Dakar, le vœu du Maroc à réintégrer l’Union Africaine.

« Voilà, et je le déplore, l’heure de nous séparer. En attendant des jours plus sages, nous vous disons adieu et nous vous souhaitons bonne chance avec votre nouveau partenaire.» disait un message du roi Hassan II lors de l’intégration de la République Arabe Sahraouie démocratique au sein de l’Organisation de l’Union Africaine, en 1984. La délégation marocaine présente lors de ce sommet dont une part était d’origine sahraouie, déserte la salle en scandant « le Sahara est marocain et le restera ». Le 12 novembre 1984, le Maroc quittera officiellement l’Organisation de l’Union Africaine ».

Alors que le président congolais affirmait en 1997 « nous ferons tout pour que le Maroc retourne à l’OUA », le 17 juillet dernier, le roi Mohammed IV a officialisé sa volonté à ce que le Maroc réintègre « sa place naturelle ». Depuis le mois de septembre, la demande de l’admission du Maroc au sein de l’UA a été officiellement remise à la présidente de la Commission, la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, mais elle n’a toujours pas été transmise aux autres pays membres comme l’exigent les textes de l’institution, rapporte le journal La Tribune.

« Le Maroc n’a besoin de la permission de personne pour obtenir notre droit légitime », a déclaré le roi lors de son allocution. À cela beaucoup s’interrogent sur les raisons de ce revirement, est-ce un choix tactique? Le Maroc affirme que non. Mohammed IV ajoute que Le Maroc a une expérience à faire valoir et un soutien à apporter auprès des pays africains qui connaissent un climat social particulièrement difficile.

Mohammed IV, qui poursuit une tournée africaine en quête de soutiens, a déjà convaincu le Gabon, la Côte d’Ivoire, le Rwanda et récemment le Sénégal. Il souhaite mettre en place une stratégie de développement pour l’Afrique au sein de l’UA. À cet effet, la 22ème conférence sur le climat semble être une aubaine pour le roi. Il compte organiser un sommet africain en marge de cette conférence « en vue de mettre au point une vision commune pour défendre les revendications de notre continent, notamment en ce qui concerne le financement et le transfert de technologie ». Plusieurs chefs d’États africains ont d’ores et déjà confirmé leur présence, confirme La Tribune.

NegroNews

Commentaires

commentaires