[SOCIÉTÉ] ADAMA TRAORÉ OU LE « I CAN’T BREATHE » À LA FRANCAISE

Certains se sont lassés de cette affaire, certains n’y voient plus la pépite à buzz qu’elle avait pu être. Pas nous. L’affaire Adama Traoré n’est pas une affaire de buzz. Ce n’est pas une histoire que l’on vous vend. C’est la mort d’un homme qui heurte nos convictions les plus profondes : justice, égalité et droit à la vie.

Depuis début août, une grande question se posent : comment se fait-il qu’entre 17h05 et 19h05 aucun rapport de police, aucun rapport du SMUR ou des pompiers ne soit? En effet, le procureur de la République cherchait en vain les rapports des deux derniers intervenants cités, rapports quasiment inexistant. Cette inexistence avait d’ailleurs permis un grand flou quant aux causes de la mort d’Adama qui avaient été tour à tour un malaise cardiaque, « une infection grave et profonde » puis enfin la dernière thèse : l’asphyxie.

Les forces de police ont été interrogés tour à tour et savez-vous ce qu’il a été dit? Ces mots paraissent dans l’Obs : le chef de la patrouille ayant interrogé Adama aurait effectué un contrôle dorsal costal soit selon ses propres mots “Le contrôle dorsal et costal que je réalise se matérialise par le fait de mettre mon genou droit au niveau du centre du dos de l’individu et mon genou gauche sur la partie costale dorsale de l’individu. Je maintiens son bras droit entre mes deux genoux afin de procéder au menottage.”. Mais en plus “Ce que je vois c’est qu’il est essoufflé, ce qui me semble tout à fait logique suite à la course-poursuite qu’il vient de réaliser”. avant de dire qu’il avait commencé par s’assoupir.

Un rapport d’un des pompiers circulant sur Twitter, donc ne pouvant être totalement fiable, semblerait dire qu’Adama aurait été retrouvé face contre le sol au commissariat contrairement aux dires des gendarmes qui l’auraient mis en PLS. Le meilleur, si ce rapport était vrai, serait que le pompier leur aurait signalé ne plus déceler de signaux vitaux chez le jeune Adama et aurait demandé à ce qu’on le démenotte afin qu’il puisse vérifier et faire quelque chose mais la police aurait alors dit que le suspect simulait. Rappelons que le contrôle dorsal et costal avait déjà fait un mort en 2015: Amadou Koumé.

« I can’t breathe » comme le disait feu Eric Garner, lui aussi étouffé par la police.

NegroNews

Commentaires

commentaires