[HOMMAGE] SAMORY TOURÉ, SYMBOLE DE LA RÉSISTANCE AFRICAINE

L‘Almamy Samory Touré (ou Samori Touré), né en 1830 à Miniambaladougou, dans l’actuelle Guinée, décédé le 2 juin 1900 au Gabon, fut le fondateur de l’empire Wassoulou et résista à la pénétration et à la colonisation française en Afrique de l’Ouest.

Samory Touré est le fils de Lanfia Touré et de Sonka Camara. Il a commencé sa carrière en tant que commerçant, ce qui lui a permis de s’enrichir, de se constituer un stock d’armes pour la guerre, la puissance financière lui permettant de réunir autour de lui des personnes dépendant de lui pour leur propre enrichissement, personnes dévouées et très ambitieuses.

Puis, il sera soldat dans l’armée du marabout Birama Sory, qui avait capturé sa mère (on lit aussi qu’il aurait été capturé enfant lors d’une razzia puis vendu à un marabout nommé Mora qui l’aurait utilisé comme négociant). Une fois libéré Samory commence à faire la guerre pour son compte et, progressivement, se constitue une armée puissante, organisée et redoutée, qui compte les célèbres sofas, soldats en uniforme.

Il crée une armée de métier pilotée par des hommes en qui il a une extrême confiance (ses frères, puis ses amis d’enfance, et ses fils par la suite), et commence la conquête qui mènera à la formation future de son empire, le Wassoulou, dont la capitale sera Bissandougou, empire qui s’étendra (d’ouest en est) à son apogée de la Haute-Guinée à la Haute-Volta (qui s’appelle aujourd’hui Burkina-Faso), en passant par le nord de la Côte d’Ivoire. Pour mener cette conqûete, Samory Touré se montrera habile guerrier, mais aussi et surtout fin diplômate et habile stratège.

En 1882, Touré fut attaqué par les Français qui cherchaient à accroître leurs possessions en Afrique de l’Ouest à partir du Sénégal et réussit à les repousser. Fourni en armes par l’Angleterre, à partir du Sierra Leone, il organisa sa défense en mettant sur pied une armée disciplinée de 35 000 fantassins et 3000 cavaliers et résista pendant 16 ans.

Malheureusement, il sera trahi par les siens alors qu’il négociait sa capitulation, il fut arrêté le 29 Septembre 1898 par le Commandant Gouraud, et fut exilé au Gabon où une pneumonie l’emporta le 2 Juin 1900.

NegroNews

Commentaires

commentaires