D’OÙ NOUS VIENT LE VIRUS ZIKA ?

C’est dans la FORÊT DE ZIKA en Ouganda que les scientifiques effectuent les tests .

Gerald Mukisa, gardien de la forêt sur le site de recherche du Uganda Virus Research Institute , y effectue un travail critique pour identifier, suivre et comprendre les maladies émergentes.

« Les singes sont placés à des hauteurs différentes et des échantillons de sang sont prélevés »,

Des dizaines d’espèces de moustiques dans la forêt ici vivent et piquent à des hauteurs différentes, de sorte que les planches aident à surveiller leurs préférences.

En 2015,  le virus Zika est devenu une urgence sanitaire mondiale en raison de sa capacité à provoquer des malformations congénitales liées au cerveau. Ils ont nommé le virus Zika , d’après cette forêt du sud de l’Ouganda.

Zika n’a jamais causé la panique en Ouganda, comme elle l’a fait quand elle a balayé l’hémisphère occidental il y a plusieurs années. En effet, il a été considéré comme relativement inoffensif au début. Mais les experts croient que Zika a muté depuis sa découverte.

Le virus n’est pas originaire d’Ouganda, mais a seulement été  identifié ici. Ces derniers pensent que le virus qui a causé des inquiétudes dans les Amériques a migré d’une souche provenant de l’Asie du Sud-Est, passant par un voyageur infecté, ou sur des bateaux avec des moustiques porteurs du virus.

Maintenant, les experts de l’UVRI recherchent le prochain virus transmis par les moustiques qu’ils craignent de balayer dans le monde entier.

« Le monde est un village global. Toute maladie qui est ici aujourd’hui peut être ailleurs dans les 24 heures »,

a déclaré le Dr Julius Lutwama, virologue. Il dirige l’équipe qui cherche des infections émergentes au centre UVRI soutenu par le gouvernement ougandais. Ils se concentrent sur l’arbovirologie, l’étude des virus transmis par les insectes.

« Je peux partir d’ici après avoir été piquépar un moustique mais ne pas être malade, mais quelques jours plus tard j’aurais pu prendre un virus dans un endroit éloigné »

,il a ajouté

Les scientifiques qui ont d’abord décrit Zika ici l’ont trouvé lors d’une étude sur un autre virus, la fièvre hémorragique virale aiguë, la fièvre jaune. Ce n’est qu’un cas parmi plus de 60 nouveaux virus identifiés par le centre depuis sa fondation dans les années 1930.

En Ouganda, les gens ont développé une immunité contre le virus, mais ailleurs ce serait un problème majeur.

Comme le virus a traversé des communautés sans immunité, il s’est rapidement multiplié et sa nature a évolué. Les scientifiques croient que cela était dû à une mutation vers 2013 , à peu près au moment où la communauté médicale a commencé à blâmer le virus pour des anomalies congénitales horrible.

Il y a trois ans , lorsque le virus a frappé l’Amérique latine, les Caraïbes et le sud des États-Unis, il a mis le monde entier à rude épreuve en raison de ses liens avec la microcéphalie (naissance de bébés exceptionnellement petits, handicaps physiques et déficits cognitifs). Syndrome de Guillain-Barré (un trouble auto-immun qui peut causer une paralysie).

Le Brésil  – le pays le plus touché – a enregistré ses premiers cas en 2015 de bébés nés avec une microcéphalie. Plus de  2 000 cas de malformations congénitales liées au virus Zika  ont été signalés au Brésil au cours des deux prochaines années.

La panique causée par la menace Zika s’est un peu calmée car les gens ne peuvent pas être infectés deux fois. Pendant ce temps, les chercheurs travaillent dur pour développer un vaccin.

Pourtant, c’est la recherche effectuée il y a plus d’un demi-siècle sur ce qui était alors un virus obscur – dans ce centre de virologie de la ville endormie d’Entebbe – qui a donné aux scientifiques une longueur d’avance décisive.

« La science et la recherche qui ont été faites à l’UVRI nous ont aidés à comprendre les virus qui circulent en Ouganda et en Afrique, mais ils ont aussi une importance mondiale »

, a déclaré Lisa Nelson directrice des centres américains de lutte contre les maladies. Prévention (CDC) .

L’augmentation du trafic mondial signifie une propagation plus large et plus rapide des virus. Cela inclut à la fois le déplacement facile des personnes et des moustiques, avec leurs œufs transportés accidentellement à travers le monde dans des conteneurs d’expédition.

Alors que les scientifiques mettent en garde contre l’évolution des températures mondiales, les espèces de moustiques devraient s’installer dans de nouvelles zones.

Lutwama, directeur adjoint de l’UVRI, dirige des équipes de surveillance qui passent la moitié de leur temps dans des terres reculées à rechercher des maladies transmises par les insectes. Ils collectent les moustiques, puis reviennent analyser les échantillons et cartographier et surveiller la propagation des virus.

« La prochaine épidémie la plus probable sera un arbovirus »,

a déclaré Lutwama, qui a chassé les virus transmis par les moustiques pendant plus de trois décennies.

Comme les virus rencontrent de nouvelles communautés sans immunité – en particulier dans les populations urbaines denses – ils se multiplient sans entraves, évoluant rapidement.

« Maintenant, quand une épidémie éclate, elle se propage facilement. S’il s’agit d’une ville, le moustique se déplace dans de petites zones, mais parmi beaucoup de gens. »

La forêt de Zika en Ouganda, où le virus a été identifié pour la première fois en 1947 reste un site de recherche.

Globalement, Lutwama a dit, il y a un nombre stupéfiant d’organismes encore inconnu à la science.

« Nous savons qu’il y a jusqu’à 15 millions d’espèces de vie qui n’ont pas encore été identifiées, et la majorité d’entre elles sont des micro-organismes […] Beaucoup d’entre eux vivent dans des régions où nous n’avons pas encore empiété, mais nous commençons à entrer dans leurs territoires. La probabilité que cela devienne un problème pour nous augmente chaque jour. « 

En effet, la prochaine grande maladie pourrait déjà être en attente d’être identifié.

« La plupart des virus en Afrique ne sont pas diagnostiqués »,

il a rajouté

La course est donc lancée pour la trouver et l’étudier avant la prochaine épidémie.

« Nous devons être préparés à toutes les éventualités et  les chercher, avant qu’ils nous arrivent. »

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook