GRACE MUGABE REÇOIT UN MANDAT D’ARRÊT

La police sud-africaine a annoncé, mercredi 19 décembre, qu’un mandat d’arrêt avait été émis contre Grace Mugabe, l’épouse de l’ancien président du Zimbabwe Robert Mugabe.

« Nous avons fait une demande à la justice et le tribunal nous a délivré un mandat d’arrêt pour l’agression contre Gabriella Engels », a annoncé à l’AFP le porte-parole de la police enquête, Vishnu Naidoo.

Le 13 décembre, le tribunal de Randburg, dans la province de Gauteng, située à Johannesburg, a émis le mandat d’arrêt contre l’ex première dame l’accusant de « coups et blessures graves »

Selon la police, Grace Mugabe a frappé Gabriella Engels avec une rallonge électrique, en 2017, dans un hôtel de luxe de Johannesbourg du quartier des affaires de Sandton, où séjournaient ses deux fils. La jeune femme de 20 ans a subi des coupures au front et à l’arrière de la tête.

 En 2017, Robert Mugabe était toujours au pouvoir et le gouvernement sud-africain avait accordé l’immunité diplomatique à son épouse, lui permettant de quitter l’Afrique du Sud et de regagner le Zimbabwe sans poursuite.

Par ailleurs, la justice sud-africaine a jugé anticonstitutionnelle l’immunité diplomatique. Ce qui permet à la police de lancer ce mandat d’arrêt contre l’épouse de l’ex-président zimbabwéen pour « coups et blessures graves ». Le porte-parole de la police sud-africaine a d’ailleurs demandé son aide à Interpol pour que Grace Mugabe comparaisse devant un tribunal en Afrique du Sud.

AfriForum, un groupe de pression qui suit l’affaire au nom de la victime, a salué l’émission de ce mandat d’arrêt.

Marie Yvonne Akre

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook