UNION AFRICAINE : ACCORD DE LIBRE ÉCHANGE À KIGALI

Le sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la zone de libre-échange continentale africaine, qui se tient à Kigali, au Rwanda, progresse régulièrement malgré les échecs antérieurs, y compris les moqueries du président nigérian Muhammadu Buhari et de l’Ougandais Yoweri Museveni.

La zone de libre-échange est l’un des projets phares de l’Agenda 2063 et vise à approfondir le processus d’intégration, en permettant aux Africains de commercer et de circuler librement à travers le continent.

Le projet se poursuit avec d’autres initiatives clés telles que le Marché unique africain du transport aérien et le Protocole sur la libre circulation des personnes et le passeport africain.

Le Sommet extraordinaire de Kigali a été approuvé lors de la session ordinaire de l’Assemblée de l’Union tenue à Addis-Abeba fin janvier 2018.

Le président du Rwanda, Paul Kagame, qui a également pris la présidence de l’Union africaine, s’est engagé à réaliser la libre circulation des personnes cette année.

Le président nigérian Buhari s’est retiré de la conférence de Kigali dimanche, déclarant qu’il souhaitait davantage de consultations internes sur l’accord continental après que les médias eurent annoncé que les syndicats de la plus grande économie africaine avaient mis en garde contre cet accord.

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a exhorté les pays à surmonter leurs peurs et leurs intérêts personnels, car ils continuent d’être des barrières au commerce et à la croissance au niveau continental.

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, qui est également présidente du Conseil des ministres, a déclaré que l’accord devrait entrer en vigueur dès que possible.

« En le signant et en le ratifiant, nous signalerons que nous sommes déterminés à jouer notre rôle d’acteur mondial tout en promouvant les intérêts économiques du continent en tant qu’un, à travers un seul marché africain », a-t-elle déclaré.

Le commerce intra-africain est actuellement de l’ordre de 14 pour cent et l’accord devrait permettre d’atteindre environ 52,3 pour cent d’ici 2022.

Le président de l’UA et le président rwandais, Paul Kagame, ont clairement indiqué que les Etats membres signeront le traité pour créer la zone de libre-échange continentale, même si le pays le plus peuplé du continent, le Nigéria, se retire de la réunion.

Au moins 53 chefs d’Etat africains se sont réunis à Kigali pour le 10ème Sommet extraordinaire de l’UA pour examiner les instruments juridiques de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCTA) et lancer officiellement l’accord pour établir le traité.

L’AfCTA vise à approfondir l’intégration économique africaine, à promouvoir le développement agricole, la sécurité alimentaire, l’industrialisation et la transformation économique structurelle par le biais du marché du transport aérien continental unique avec libre circulation des personnes, des capitaux, des biens et des services.

Malgré le revers du Nigéria dans l’intégration commerciale de l’Afrique, M. Kagame est apparu mardi sans vergogne lorsqu’il a prononcé le discours d’ouverture du Sommet, déclarant que le traité serait signé mercredi.

« Demain, nous signerons un accord historique créant une zone de libre-échange continentale. La route jusqu’à ce point a été longue en effet. Cela peut être mesuré en plusieurs décennies. Et nous avons encore quelques étapes à suivre. Mais nous persistons, et un nouveau chapitre dans l’histoire de l’unité africaine doit commencer « , a déclaré M. Kagame.

« Les enjeux sont énormes pour l’Afrique, mais aussi pour l’ensemble de l’économie mondiale, à laquelle l’Afrique apportera une part toujours plus grande dans les décennies à venir.

« La création d’un marché africain implique nécessairement une métamorphose dans notre façon de penser et d’agir. La pleine participation du secteur privé est plus nécessaire que jamais. Le but du forum d’aujourd’hui est de discuter, comment tirer le meilleur parti des nouvelles opportunités que nous créons pour nous-mêmes. « 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook