• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] ERIC JOHNSON, L’HOMME QUI AMUSE LES MALADES QUI LUTTENT CONTRE EBOLA

[SOCIÉTÉ] ERIC JOHNSON, L’HOMME QUI AMUSE LES MALADES QUI LUTTENT CONTRE EBOLA

Le virus Ebola a fait plus de 2 400 morts au Liberia et presque 4 300 cas ont été enregistrés sur tout le territoire selon l’OMS, surtout à Monrovia. Dans la capitale, les malades sont pris en charge dans les centres de traitements gouvernementaux, ou à celui de Médecins sans Frontières, baptisé Elwa 3. Aucun vaccin n’existe et le traitement consiste à maintenir le corps aussi en forme que possible en espérant que les défenses immunitaires restent assez fortes pour vaincre le virus. Mais la composante psychologique est aussi cruciale. Ainsi à Elwa 3, un agent du camp donne de son temps pour changer les idées des malades.

Eric Johnson a 24 ans. La plupart du temps, il est agent chargé de la prévention, mais en fin de journée, il enfile son costume de chanteur-danseur pour amuser le personnel du camp. Puis à 18 heures, il passe la combinaison intégrale pour aller divertir directement les malades.

« Je joue un peu la comédie, je danse un peu. Ils sont contents, ils rient. Ils ne veulent pas que je parte, parce que quand ils dansent, ils sont vraiment contents. Quand ils me voient partir, ils disent ‘Non ! Non !… Faut rester avec nous !’ », raconte Eric.

Les malades d’Ebola vivent un long calvaire : les vomissements, diarrhées, douleurs articulaires et fatigue extrême rythment leur quotidien. Pour Eric Johnson amuser les patients est une revanche sur la vie, lui qui a été réfugié en Côte d’Ivoire et au Sénégal pendant la guerre civile libérienne : « C’est vraiment important pour moi de les encourager. Il y a beaucoup de choses qui se sont passées dans ma vie : ma grand-mère, mon père ont été tués pendant la guerre ».

Eric Johnson est à la recherche de sponsors. Avis donc aux amateurs de Michael Jackson, qu’il se plaît à imiter.

Source: http://www.rfi.fr/afrique/20141021-liberia-eric-johnson-amuseur-malades-lutte-contre-ebola/

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook