• Accueil
  • >
  • INSPIRATION
  • >
  • [INSPIRATION] CHARLY LELE: ROI DE LA CHAUSSURE « MADE IN CAMEROUN »

[INSPIRATION] CHARLY LELE: ROI DE LA CHAUSSURE « MADE IN CAMEROUN »

Depuis près de 10 ans, Charly Lele a bâti sa vie dans la fabrication de chaussures. Milieu où il étale un véritable savoir-faire et dont les produits sont exportés dans plusieurs pays d’Afrique. Ce lundi 1er septembre 2014, autour de 10h, son atelier ne désemplit pas. Dans ce petit magasin situé au quartier Ekié à Yaoundé, au lieu dit « entrée Hamadou », plus de 7 personnes y font la queue. Le patron des lieux se sent obligés de reporter le rendez-vous avec le journaliste. Pas de doute. Le savoir-faire de Charly Bernard Tedonguessop alias « Lele Shoes », dans la fabrication des chaussures « Made in Cameroon », est assez sollicité. A notre retour à son atelier autour de 14 h, Charly est installé derrière son comptoir. Sa bonne humeur est contagieuse.La cause, ses affaires vont bon train : « moi je ne me plains pas beaucoup, mon activité me permets de subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille », se satisfait Charly.

Pourtant, ce jeune homme âgé de 30 ans originaire de l’Ouest Cameroun a dû batailler dûr pour se voir ouvrir la porte du bonheur : « J’ai perdu mon père à l’âge de 9 ans, nous sommes en 1992 quand j’ai été obligé d’interrompre mes études après l’obtention du CEPE pour me lancer dans la vie active, j’ai vendu de l’eau glacée à Mvog Ada (un quartier de Yaoundé, ndlr), puis je me suis lancé dans le commerce des ballons et des sacs d’écoliers. En 2000, j’ai décidé d’apprendre le métier de la cordonnerie auprès d’autres fabricants de chaussures puis un an plus tard, j’ai ouvert un call box(téléphonie ambulante, ndlr). L’année d’après j’ai repris avec l’apprentissage de la cordonnerie », raconte Charly Lele.

En 2005, Charly se rend à Ebebiyin, en Guinée Equatoriale où il s’initie à la fabrication des clés. Une fois l’apprentissage terminé, il revient au Cameroun en 2006 et s’installe au quartier Ekié à Yaoundé où il créé sa petite entreprise de fabrication de chaussures : « Je fabrique des chaussures, j’en répare aussi », explique ce jeune entrepreneur qui dit s’approvisionner en matériaux auprès d’un fournisseur à Douala qui importe ses produits d’Italie : « Pour fabriquer une chaussure, j’achète du cuir, des talons, un bout dur pour rendre la chaussure solide devant et derrière », indique Charly qui est fier d’exposer les produits de son génie sur une vitrine de son magazine. Les prix ?. « entre 20 000 et 35 000 F Cfa », soutient Charly. Pourtant, il faut débourser le double voire le triple pour se procurer une chaussure de fabrication étrangère.

Pressions fiscales

Ses chaussures, il les fabrique en quantité à tel point qu’il en exporte : « J’ai un ami qui vient souvent ici prendre un stock de chaussures pour aller en vendre au Gabon, je vends aussi mes produits au Nigéria, en Guinée Equatoriale, en Afrique du Sud » liste le jeune commerçant qui ne semble cependant pas satisfait de cet expatriation : « Ce que je souhaite est que mes produits de marque « Lele Shoes » soient connu au Cameroun et que les Camerounais sachent qu’on peut aussi se chausser à la camerounaise sans avoir besoin de recourir aux marques étrangères ».

Malgré les nombreuses contrainte qu’il a pu croiser, Charly Bernard Tedonguessop affiche fièrement son chiffre d’affaire de 2,5 millions de F Cfa enrégistré en 2011.

Source: CAMER.BE

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook