LE GHANA ENGAGÉ CONTRE LA CORRUPTION

L’Afrique et la corruption, un débat qui suscite beaucoup de polémiques. Rien qu’en 2011, 946 milliards de dollars auraient été détournés selon l’ONG Global Financial Integrity.

Pendant la campagne électorale du président actuel Ghanéen, éradiquer la corruption dans la vie publique du Ghana était l’une de ses promesses majeures.

En début janvier le président ghanéen a promulgué une loi spéciale anti-corruption prévoyant la mise en place d’un bureau qui devra enquêter sur des actes qui impliquent les fonctionnaires, les personnes politiquement exposées et aussi les personnes du secteur privé.

A son arrivée au pouvoir, Le président fraîchement élu, avait annoncé avoir découvert un gap de plus de 1,6 milliard de dollars dans les comptes publics.

« Mon espoir et mes attentes sont que la création de ce bureau va constituer une étape importante dans notre détermination collective à éradiquer la corruption de la vie publique de notre pays. Nous savons tous que cela a été un fléau majeur dans le développement du Ghana » avait-il déclaré le 02 janvier dernier ; il estime aussi que la corruption est l’un des pires fléaux au développement.

Et si tous les pays africains prenaient exemple ? Ou si  l’Union Africaine créait une institution supranationale chargée d’enquêter et des juger des hommes politiques, des hommes d’affaires voire les Etats Africains qui accepteraient ou proposeraient des pots de vin pour obtenir certaines faveurs ?

Le Saviez – Vous ?

  1. Les 2 pays les plus répressifs face à la corruption sont : le Mali (5 à 10 ans de prison) et la Zambie (jusqu’à 12 ans de prison)
  2. Cinq pays n’ont ni signer ni ratifier la convention des Nations Unies contre la corruption : Erythrée, Gambie, Guinée Equatoriale, Tchad et Soudan du Sud

 

  1. Selon l’UNODC, Mobutu, président du Zaïre de 1965 à 1997, aurait puisé dans la caisse de l’état 5 milliards de dollars, ce qui équivaut presque au PIB du pays à son départ (6,09 milliards), il serait alors le champion.

 

  1. Les institutions religieuses : 35% des Sénégalais les pensent corrompues ; l’armée : 65 % des Congolais la pensent corrompue, les partis politiques : 66% des Tunisiens les pensent corrompus et le système juridique : 72% des algériens le pensent corrompus.

 

  1. Au Zimbabwe, un accouchement est facturé 50 $ et chaque cri de la mère coûte 5 $. Si elle n’a pas de quoi payer, elle est détenue dans l’hôpital, et des intérêts s’ajoutent chaque jour.

 

  1. D’après l’enquête de Survey Enterprise de la Banque Mondiale, 80,5% des entreprises de la République démocratique du Congo ont dû faire des «cadeaux» pour obtenir un contrat public.

 

  1. Selon Transparency International, 24 % des Africains ayant eu un contact avec les forces de l’ordre au cours de l’année passée déclarent avoir dû verser un pot-de-vin.

 

La corruption selon le Rapport sur la gouvernance en Afrique IV publié par l’ONU en 2016, est l’un des obstacles à la transformation structurelle de l’Afrique, directement liée à la mauvaise gouvernance au sein de plusieurs pays africains. « L’absence de bonne gouvernance en Afrique laisse à entendre, le plus souvent, que les institutions sont faibles, les mécanismes régulateurs inefficaces, les cadres juridiques et réglementaires inadéquats et les mécanismes d’exécution inopérants : autant de facteurs qui font le lit de la corruption. » explique le rapport. Ce fléau sévit surtout les pays francophones sans épargner les pays du Maghreb.

La séparation des pouvoirs est vaguement remarquée dans beaucoup des pays africains. Il n’y aurait pas une vraie séparation entre les pouvoirs exécutif, judiciaire et législatif. Souvent l’exécutif prime et influence les décisions législatives et/ou juridiques ; alors le réprimer ou l’interpeller en cas de manquement serait presque impossible.

On constate cependant des améliorations dans certains pays comme : Le Mali, l’Egypte et la Côte d’Ivoire avec une bonne progression de 4 points pour le Mali et 5 points pour l’Egypte et la Côte d’Ivoire.


 

Classement index Transparency International 2016 (du moins corrompu au plus corrompu)

 

Classement Africain Pays Classement mondial
1er Botswana 35ème
2ème Cap Vert 38ème
3ème Maurice 50ème
3ème Rwanda 50ème
5ème Namibie 53ème
6ème Sao Tomé & Principe 62ème
7ème Senégal 64ème
7ème Afrique du Sud 64ème
9ème Ghana 70ème
10ème Burkina Faso 72ème
11ème Tunisie 75ème
12ème Lesotho 83ème
13ème Zambie 87ème
14ème Libéria 90ème
14ème Maroc 90ème
16ème Bénin 95ème
17ème Gabon 101ème
17ème Niger 101ème
19ème Côte d’Ivoire 108ème
19ème Ethiopie 108ème
19ème Algérie 108ème
19ème Egypte 108ème
23ème Mali 116ème
23ème Tanzanie 116ème
23ème Togo 116ème
26ème Malawi 120ème
27ème Djibouti 123ème
27ème Sierra Leone 123ème
28ème Nigeria 136ème
29ème Guinée 142ème
29ème Mauritanie 142ème
29ème Mozambique 142ème
32ème Cameroun 145ème
32ème Gambie 145ème
32ème Kenya 145ème
32ème Madagascar 145ème
36ème Ouganda 151ème
37ème Comores 153ème
38ème Zimbabwe 154ème
39ème RD Congo 156ème
40ème Burundi 159ème
40ème Republique centrafricaine 159ème
40ème Tchad 159ème
40ème Congo 159ème
44ème Angola 164ème
44ème Erythrée 164ème
46ème Guinée Bissau 168ème
47ème Libye 170ème
47ème Soudan 170ème
49ème Soudan du Sud 175ème
50ème Somalie 176ème

 

 

(Sources : Transparency International, Banque Mondiale, OECDE)

 

Ghislain Nduhirahe

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook