LA DÉMOCRATIE EN RECUL EN AFRIQUE ?

De plus en plus d’élections ont lieu en Afrique, mais les analystes en rejettent beaucoup, jugées « légales mais illégitimes ». Bien que des études montrent qu’une majorité d’Africains veulent toujours vivre dans des démocraties, un nombre croissant de personnes se tournent vers des modèles alternatifs et autocratiques, rapporte Dickens Olewe, de la BBC.

Au cours des trois dernières années, les pays africains ont enregistré une baisse globale de la qualité de la participation politique et de l’état de droit, selon des analystes.

« Aujourd’hui, il y a presque le même nombre de démocraties défectueuses (15) que d’autocraties radicales (16), parmi les 54 États du continent », conclut Nic Cheeseman, professeur de démocratie à l’Université de Birmingham, après avoir analysé les trois dernières années.

Le Nigeria, qui a tenu ses élections le 23 février dernier, fait partie des pays qualifiés de « démocratie défaillante ».

Malgré les difficultés, au moins 68% des Africains préfèrent vivre dans des sociétés ouvertes et plus libres, selon un récent sondage réalisé par Afrobarometer dans 34 pays. Ce chiffre est toutefois légèrement inférieur à celui de 72% en 2012.

Neuf pays africains sur 54 sont libres

En 1991, le Bénin et la Zambie sont devenus les premiers États à parti unique à organiser des élections multipartites en Afrique – remportées par les partis de l’opposition – marquant le début d’une décennie de progrès démocratiques sur le continent après la fin de la guerre froide.

Près de 30 ans plus tard, le pays d’Afrique de l’Ouest est classé parmi les neuf pays « libres » sur les 54 que compte le continent, tandis que la Zambie a régressé pour devenir « partiellement libre », selon le rapport 2019 de Freedom House.

Le nombre de pays libres reste le même qu’il y a dix ans. Sept pays – le Sénégal, le Ghana, le Bénin, la Namibie, le Botswana, l’Afrique du Sud et Maurice – ont maintenu leurs positions. La Tunisie est passée de « partiellement libre », tandis que le Mali et le Lesotho ont évolué dans la direction opposée.

L’Angola et l’Éthiopie, bien que figurant sur la liste des pays « non-libres », auraient apporté des « améliorations surprenantes » après l’entrée en fonction de nouveaux dirigeants.

Technologie et élections

La transition politique par le biais d’élections régulières est l’un des critères permettant de déterminer si un pays est une démocratie ou non. Certains pays ont même adopté une technologie pour rendre les sondages crédibles et responsables, mais dans la plupart des cas, cela n’a guère dissipé les inquiétudes.

« De nombreux pays africains essaient d’utiliser la technologie pour gagner la confiance lors d’élections et cela ne fonctionnera pas », a déclaré Nanjala Nyabola, auteure de Digital Democracy, Analogue Politics.

Elle a donné l’exemple des élections au Kenya en 2017 qui, malgré l’utilisation de la technologie biométrique comme moyen d’éliminer les électeurs fantômes et le bourrage d’urnes, ainsi que l’utilisation d’un système de transmission électronique des résultats, n’ont pas réussi à gagner la confiance des électeurs.

« Un autre problème est que certains pays organisent des élections qui sont légales mais illégitimes », a affirmé Godwin Murunga de l’Université de Nairobi.

Le cas congolais

L’ancien président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila, a supervisé l’une des élections les plus controversées du continent. Une fraude pure et simple, certains l’ont appelée.

Martin Fayulu, arrivé deuxième à l’élection présidentielle, conteste toujours la victoire de Felix Tshisekedi. « C’était un coup d’État », avait-il déploré. Il affirme avoir remporté les élections. Un résultat que partage l’Église catholique qui comptait 40 000 observateurs électoraux.

Fayulu a depuis lors lancé un appel à l’Union africaine pour qu’elle mette en place une commission chargée de relater les votes du 30 décembre ou de reprendre des élections dans six mois. « Nous devons respecter la volonté des Congolais, avait-il affirmé. La démocratie doit être la même partout».

Le Rwanda : un modèle ?

Le président rwandais, Paul Kagame, a été présenté comme exemple de dirigeant qui à la tête d’un gouvernement efficace et efficient, sans structures démocratiques, qui peuvent être lentes et rigides.

Cependant, étendre le contrôle du parti au pouvoir, comme au Rwanda, sur l’économie d’un pays risque davantage d’accroître la corruption et le gaspillage que de stimuler l’activité économique, a déclaré M. Cheeseman.

« Cela signifie que si d’autres pays du continent tentent de mettre en œuvre le modèle rwandais, il est probable qu’ils en subiront tous les coûts tout en ne profitant que de peu d’avantages », ajoute-t-il.

La bonne nouvelle, c’est que le soutien à la démocratie reste élevé et qu’il n’est pas garanti que les Africains commencent à profiter des avantages de vivre dans des sociétés libres et ouvertes et de participer à des élections crédibles et responsables.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook