CAVS-CELTICS: CLEVELAND ASSOMME ET ÉGALISE

Avec ce 4e match de ces finales des play-offs à l’est, c’est un LeBron James dechainé qu’on a vu dans la nuit d’hier lundi 21 mai 2018 à ce mardi. Les 44 points inscrits par le king ont permis à Cleveland de remporter un deuxième match consécutif face à Boston (111-102). Les deux équipes sont à égalité dans la série (2-2), dont le 5e duel s’annonce brûlant et sans merci.

Débarqués à Cleveland avec l’intime conviction qu’ils seront peut-être les premiers à priver la franchise de l’Ohio des Finales pour la première fois en quatre ans, les Boston Celtics sont repartis de la Quicken Loans Arena lundi soir avec le sentiment que le vent a fortement tourné dans la série. Fessés lors du match 3, le premier disputé chez les Cavaliers (116-86), les hommes de Brad Stevens ont laissé une meilleure impression pour le quatrième duel de la finale de Conférence Est, sans parvenir à se remettre d’une entame de match ratée (victoire 111-102 pour les Cavs). Voilà LeBron James et sa bande totalement relancés avant d’aborder un match 5 capital, disputé mercredi soir chez les Celtics.

Si les 42 points claqués par LBJ lors du match 2 s’étaient révélés insuffisants pour aller chercher la victoire (94-107), sa prestation de lundi soir (44 pts à 17/28) a coulé des Celtics qui n’ont de surcroît pas su contenir ses lieutenants, à l’image d’un Kyle Korver hyperactif (14 pts à 4/7, 4 rbds, 3 pds). Tout – ou presque – s’est joué au cours du premier quart-temps, largement dominé par les locaux (34-18). Dépassés par l’agressivité des protégés de Tyronn Lue, les Celtics ont compté jusqu’à 19 points de retard en cours de première mi-temps.

Agressifs d’entrée de match, les Cavaliers se sont appuyés sur cette intensité pour libérer James et le placer dans les meilleures situations. Libéré de la défense de Marcus Morris, trop souvent handicapé par les fautes, «LBJ» a alors pu attaquer tous les joueurs de Boston, un à un. Les incessants changements de défense ne l’ont en rien perturbé et James a pris un malin plaisir à faire face à des joueurs bien plus petits. Et lorsqu’il s’est retrouvé face à plus grand, il est parti de plus loin pour prendre de la vitesse. Dans ce contexte, impossible de trouver une solution viable pour Boston. «C’est le meilleur quand il s’agit d’analyser les situations et pour faire en sorte de jouer comme il le veut là où il le veut, a rappelé Brad Stevens après la rencontre. La seule chose à faire c’est de se battre. Lui compliquer le plus possible les choses, parce qu’à la fin il finira par obtenir le duel qu’il souhaite.

Face au rouleau compresseur James, Boston a manqué de répondant en attaque. Maladroits (41,2% au tir), les visiteurs ont tenté de se reposer sur Jaylen Brown (25 pts à 10/23), Jayson Tatum (17 pts) et Al Horford (15 pts, 7 rbds) pour relever la tête. Le premier a mis trop de temps à trouver son rythme, le deuxième a manqué d’agressivité vers le cercle tandis que l’intérieur a été bien défendu, à l’image du match précédent. Terry Rozier (16 pts, 11 pds) s’est également montré mais il a manqué un brin de fluidité et de hargne aux jeunes Celtics pour complètement revenir dans la partie, alors qu’ils avaient réussi à réduire l’écart à trois possessions dans le dernier quart.

La prochaine mission des cavs sera autrement plus compliquée : Boston n’a pas encore perdu à domicile dans ces play-offs (9v-0d) et la prochaine équipe à l’emporter disposera d’une balle de match lors du match 6, à Cleveland.

VINCINQ ZEROWIT

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook