AUDREY PULVAR DE RETOUR, MAIS PRIVÉE D’INVITÉ POLITIQUE

Au cours de la période électorale qui vient de s’achever en France, le Front National de Marine Lepen avait fait une montée fulgurante dans les sondages. Déçus par la gauche et par la droite traditionnelle, c’est plus de 10 millions de français qui ont choisi de propulser Marine Lepen en tant que challenger d’Emmanuel Macron ? Une issue peu rassurante pour ces millions de français qu ne veulent pas sombrer dans le radicalisme du Front National.

Très tôt, dans le lancement de la campagne de l’entre deux tours, la ministre de la famille Laurence Rossignol avait lancé une pétition pour contrer le vote FN. Plusieurs personnalités publiques avaient signé cette pétition, de même que la journaliste Audrey Pulvar, laissant par là même, exprimer son inquiétude face à la montée du FN. Ni une, ni deux, la journaliste a été momentanément, suspendue de l’antenne de Cnews. Une suspension qui tombe très mal, car Audrey Pulvar, « Je voulais couvrir la passation des pouvoirs ce dimanche, mais ce n’est pas possible. En signant cette pétition, je savais qu’il y aurait des conséquences, pas forcément agréables », elle s’est donc contentée de la regarder à la télé zappant entre CNews, TF1 et France 2, rapporte le Parisien.

Ce dimanche, Audrey Pulvar signe son retour à l’antenne, avec une nouvelle émission, « Dimanche Pulvar », uneversion revisitée de son émission dominicale, « Dimanche politique ». la différence entre les deux ? « Sur le fond, pas grand-chose. On va continuer à parler de l’actualité politique et des faits de société majeurs avec des philosophes ou des économistes. Sauf que, là, je suis privée d’invité politique », regrette la journaliste. La décision est venue de la direction de Cnews, Audrey Pulvar est privée d’inviter politique et d’éditions spéciales, jusqu’à nouvel ordre.

Pour autant, elle ne regrette pas d’avoir signé cette pétition anti-FN. Son seul regret : d’avoir été la seule dans la profession à avoir signé cette pétition, alors qu’en 2002 des journalistes s’étaient clairement engagés contre le vote FN. Pour le reste tout est bien, qui finit bien.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook