• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • Accusé de corruption dans une affaire de vente d’armes, Jacob Zuma fait appel

Accusé de corruption dans une affaire de vente d’armes, Jacob Zuma fait appel

Après avoir fait reporter son procès à février 2020, Jacob Zuma a demandé le 3 novembre 2019, a fait appel de la décision de justice de le poursuivre. L’ex président Sud-africain est poursuivi pour corruption pour avoir touché 238 000 euros de pots-de-vin dans une vieille affaire de ventes d’armes d’une valeur de 3 milliards d’euros, impliquant le groupe français Thales, selon le parquet.
Le porte-parole du ministère public, Natasha Kara a confirmé cet appel du président zuma en ces termes : « Je peux confirmer que M. Zuma a déposé sa demande d’appel ». Il revient désormais à la justice de se prononcer sur la recevabilité de cet appel, avant de l’étudier éventuellement sur le fond. Au pouvoir entre 2009 et 2018, Jacob Zuma a été accusé d’avoir perçu 4 millions de rands (238 000 euros) de pots-de-vin de la part du groupe de défense et d’électronique français Thales.
Pourtant en octobre dernier, alors que le procès devait commencer l’avocat de Jacob Zuma a demandé à faire appel des poursuites visant son client, reportant de fait le procès. « M. Zuma voudrait exercer la totalité de ses droits constitutionnels, qui incluent le droit de faire appel », a déclaré Thabani Masuku devant la Haute Cour de Pietermaritzburg, situé dans l’est du pays. Il y a encore quelques années en amont, l’ex-président a pu engager de multiples recours judiciaires, grâce à une subvention publique dédiée à la justice.
Jacob Zuma et Thales ont toujours nié les allégations. L’ancien président s’estime victime d’une « chasse aux sorcières ».
Prince Khalil

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video