LE GHANA RÉPOND AUX USA: « L’AFRIQUE D’ABORD »

Le président Ghanéen a été le 25 février à Washington face aux gouverneurs des Etats Unis, Nana Addo Akufo-Addo, a exhorté les gouverneurs des Etats-Unis d’Amérique à ne pas ignorer l’Afrique, affirmant sa conviction que « cela peut être le siècle de l’Afrique ».

Selon le président Akufo-Addo, la croissance en Afrique était, en 2015, la deuxième place derrière celle de l’Asie, ajoutant que six des dix économies à plus forte croissance du monde se trouvent cette année en Afrique.

« Nous sommes riches en ressources naturelles et possédons près de 30% des ressources minérales restantes de la planète. Nous avons une population jeune et dynamique, et même si nous avons encore d’importants problèmes de sécurité, nous sommes plus en paix qu’avant « , a-t-il déclaré.

Le Président a insisté qu’avec la décision historique de l’Union africaine de mettre en place, le 21 mars 2018, la Zone de libre-échange continentale, le programme d’intégration régionale, qui établira un marché de quelque 2 milliards de personnes en 20 ans, présente des opportunités immenses pour apporter la prospérité à l’Afrique avec le travail acharné, l’entreprise et la créativité.

« C’est le moment de regarder l’Afrique », a-t-il ajouté.

Tout en reconnaissant le spectre décourageant des jeunes Africains qui traversent le désert du Sahara à pied et se noient dans la mer Méditerranée, dans une tentative désespérée d’atteindre le mirage d’une vie meilleure en Europe, le président Akufo-Addo a expliqué que la structure actuelle des économies africaines dépendent de la production et l’exportation de matières premières, ne peuvent pas créer la prospérité.

« Ces économies ne peuvent pas produire de richesse et de prospérité pour les masses sur le continent. Il incite donc à rechercher un bien meilleur niveau de vie en Afrique, alimentant ainsi les crises de réfugiés et les nombreux dénombrements de migrations illégales « , a-t-il déclaré.

 

La grande vague de migrations aux États-Unis depuis l’Irlande et l’Italie, au XIXe siècle, a complètement disparu, parce que les économies des deux pays fonctionnent correctement.

 

C’est pour cette raison que le président Akufo-Addo a déclaré que « la seule façon d’assurer la prospérité en Afrique et l’emploi de nos jeunes est de créer des activités à valeur ajoutée, dans une économie moderne transformée et diversifiée, dans laquelle Révolution numérique. »

Il a poursuivi: « En d’autres termes, le développement industriel de notre continent, et nous sommes déterminés à en assurer la réalisation, afin que nos jeunes puissent rester et consacrer leurs grandes énergies à la construction d’une grande Afrique ».

Le président était confiant que seuls les Asiatiques peuvent concevoir, en une génération, leur transition de la pauvreté à la prospérité.

« Nous sommes déterminés à le faire dans notre génération au Ghana, sur le continent, et nous assurer que les générations futures ne seront ni des victimes ni des pions de l’ordre mondial », a-t-il ajouté.

Ceci, a indiqué le président, servira d’impulsion pour redessiner le continent et tracer une nouvelle voie de croissance et de développement dans la liberté, qui fera sortir les masses africaines qui souffrent depuis longtemps de la pauvreté dans le royaume de la prospérité et de la dignité.

Un février vraiment chargé pour le président Ghanéen, faisant la promotion de l’Afrique et en vantant le futur de plus en plus sûr pour l’Afrique en rappelant les ambitions de plus en plus courageuses de vouloir coopérer sans être imposé, en toute indépendance, tout ceci dans l’intérêt de l’Afrique d’abord.

A cet effet, le président Akufo-Addo a aussi fait savoir le mardi 28 février 2018, lorsqu’il a prononcé le discours d’ouverture du 5e Forum économique germano-africain, qui s’est tenu à Dortmund, en Allemagne que : « notre première priorité doit être de changer les structures des économies du continent, qui dépendent largement de la production et de l’exportation des matières premières. C’est cette dépendance à l’égard des exportations de matières premières qui alimente notre dépendance à l’aide étrangère et nous soumet à la politique de l’Occident … La population de l’Afrique devrait atteindre environ 2 milliards de personnes dans 20 ans, et il y a d’immenses opportunités pour apporter la prospérité en Afrique, et en Allemagne aussi, avec le travail acharné, l’entreprise et la créativité. J’invite les organisations et entreprises allemandes présentes à en profiter et à renforcer leurs relations commerciales avec l’Afrique « , a déclaré le président.

Le président a finit en disant : « Il est important que nous promouvions et développions une culture de gouvernance responsable, exemptée de corruption, dans le cadre de laquelle ces institutions se considèrent comme des entités publiques indépendantes servant l’intérêt public plus large, et non comme les commodités temporaires des gouvernements de l’époque. Nous avons la responsabilité de rendre nos pays attrayants pour nos jeunes. Ils devraient avoir l’impression d’avoir un avenir qui en vaut la peine, s’ils restent et aident à construire leur nation. »

Le président Ghanéen n’est qu’au début de son mandat présidentiel, et le peuple africain, la jeunesse en particulier, est déjà séduit, et a beaucoup d’espoir en assumant la responsabilité qui leur incombe de faire avancer le continent ensemble dans la diversité.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook