• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • SAHEL : LIBÉRATION DE QUATRE OTAGES DONT LES DEUX FRANÇAIS DISPARUS AU BÉNIN

SAHEL : LIBÉRATION DE QUATRE OTAGES DONT LES DEUX FRANÇAIS DISPARUS AU BÉNIN

L’armée française a libéré quatre otages au Sahel, parmi lesquels se trouvaient les deux touristes Français enlevés le 1er mai dans le nord du Bénin, a-t-on appris vendredi dans un communiqué de l’Élysée.

L’opération nocturne

« C’est avec soulagement que j’ai appris la libération cette nuit, par l’action de nos forces, de nos deux compatriotes enlevés le 1er mai au Bénin » a écrit Jean-Yves le Drian, ministre des Affaires étrangères, dans un communiqué. L’armée française a en effet libéré quatre otages, dont Patrick Picque et Laurent Lassimouillas, les deux français disparus au Bénin au début du mois.

Le premier est un commerçant de 51 ans, créateur de bijoux, qui travaille dans le centre de Paris mais est originaire de la Manche. Le second âgé de 46 ans, originaire de Marseille, est lui chef d’orchestre et professeur de musique à Longjumeau et Orsay, en région parisienne. Les deux Français étaient venus passer des vacances d’une dizaine de jours au Bénin. Ils sont attendus à Paris ce week-end.

« Outre les deux otages français, une citoyenne américaine et une ressortissante sud-coréenne ont également été libérées », a ajouté la présidence dans un communiqué. Ils ont été libérés lors d’une opération militaire menée dans la nuit de jeudi à vendredi au Burkina Faso, et au cours de laquelle deux officiers mariniers français ont été tués.

Zone à risque

Le 3 mai, le ministère français des Affaires étrangères avait confirmé que les eux touristes français et leur guide béninois avaient été portés disparus depuis leur visite le mercredi 1er mai dans le parc de la Pendjari, dans le nord du Bénin.

Selon l’agence Reuters, ces deux ressortissants et leur guide avaient disparu alors qu’ils effectuaient un safari près de la frontière avec le Burkina Faso. Dimanche, le corps du guide des deux touristes a été retrouvé sans vie à quelques kilomètres  du fleuve Pendjari.

Ces derniers mois, plusieurs experts et sources sécuritaires prévenaient que le nord des pays côtiers de l’Atlantique comme le Togo et le Bénin étaient vulnérables face à la stratégie d’expansion et de multiplication des fronts adoptés par les groupes armés liés à Al-Qaïda et l’Etat islamique (EI).

« Compte tenu de la présence de groupes armés terroristes et du risque d’enlèvement, les déplacements à la frontière nord du Bénin sont formellement déconseillés », peut-on lire sur le site du Quai d’Orsay.

Hormis ce dossier, il y a actuellement une otage française connue dans le monde, dans cette même région sahélienne : la médecin humanitaire Sophie Pétronin, 73 ans, enlevée à Gao (nord Mali) le 24 décembre 2016 par des hommes armés.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook