• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • En visite dans le Sahel, la ministre française des Armées confirme l’échec de la force Barkhane

En visite dans le Sahel, la ministre française des Armées confirme l’échec de la force Barkhane

Florence Parly, ministre française des armées, est dans le sahel depuis ce lundi suite à l’attaque djihadiste qui a causé la mort à un soldat français, 51 militaires maliens, un député-maire burkinabé ainsi que ses trois assistants. Dans ce qui pourrait s’apparenter à un aveu d’échec, elle a prôné la patience à l’égard de la force Barkhane dont les insuccès dans la lutte contre les islamistes n’ont fait que se répéter.

« Nous mettrons du temps à vaincre ces groupes qui prospèrent sur les difficultés sociales et économiques des pays sahéliens » a admis Florence Parly au centre opérationnel interarmées de la force Barkhane qui se trouve à N’Djamena. Elle s’est ensuite rendue à Ouagadougou et a rencontré le Chef d’Etat burkinabé, Roch Marc Karboré, avec qui elle s’est entretenue sur la situation sécuritaire dans le sahel et aussi sur les avancées réalisées dans la lutte contre le terrorisme.

« Le combat continue, il doit continuer, c’est un combat de longue haleine que nous devons mener ensemble contre le terrorisme » a déclaré la ministre française des Armées, invitant les soldats des différents corps à mieux collaborer. Après ça, elle a rendu une visite aux 200 membres des forces spéciales françaises de la Task Force Sabre. Depuis le début de la crise au Mali, en 2014, ce sont 4.500 militaires français qui ont été mobilisés dans la bande sahélo-saharienne pour soutenir les forces armées nationales qui combattent des groupes djihadistes affiliés à Al-Qaïda.

« Ce voyage se tient dans un contexte historiquement complexe » a-t-elle déclaré pendant qu’elle se rendait dans le sahel. Une branche du groupe Etat islamique qui opère dans la région a revendiqué l’attaque qui a causé la mort au brigadier Ronan Pointau âgé de 24 ans. Une mort qui doit encourager les soldats engagés dans le combat à poursuivre la lutte.

« Et je veux aussi avoir une pensée pour les militaires maliens qui sont tombés lors de l’attaque du vendredi à Indelimane » a-t-elle ajouté. 49 soldats maliens ont perdu la vie dans l’attaque d’un camp militaire situé à Indelimane au nord-est du Mali, et deux autres ont péri dans une autre attaque qui a eu lieu dans le centre du pays. La visite de la ministre française des armées doit continuer au Mali, après elle doit retourner en France. Les violences qui se tiennent dans le sahel depuis 2013 donnent du fil à retordre aux autorités étatiques de la région, qui malgré l’aide de Paris, qui ont du mal à éradiquer le terrorisme.

Harris Djiro

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook