LE RÉVEIL DE HOUSTON PAR ANTHONY ET PAUL

Miné par les blessures, Houston démarre la saison de manière très poussive. Privés de James Harden, le MVP en titre, dont le retour est annoncé ce samedi à Chicago, les Rockets ont paru se diriger vers une sixième défaite en sept matches, vendredi à Brooklyn, avant de mettre fin à leur série de quatre défaites de rang (119-111). Chris Paul et ses coéquipiers ont compté jusqu’à 14 points de retard (57-43, 21e) et c’est à ce moment-là que le meneur a sonné la révolte.

Dans les trois dernières minutes de jeu avant la pause, « CP3 » a distribué une passe décisive (pour un panier à trois points d’Eric Gordon), pris un rebond défensif et réussi deux tirs primés, dont le dernier à 1 »2 de la sirène pour ramener son équipe à cinq points (61-56). « On a un vu du très bon Chris Paul, asouligné Mike D’Antoni son entraîneur. C’est vraiment lui. Avec sa volonté, il n’abandonne jamais, surtout dans des moments difficiles. Il a senti que c’était compliqué et il a su tirer encore plus de lui-même. C’est pour ça que c’est un des meilleurs. »

Avec une défense un peu retrouvée après la pause, ce n’était plus qu’une question de temps avant que Houston ne prenne le match en main. Carmelo Anthony a fait repasser les Rockets devant d’un panier à trois points (71-69, 29e), salué par son geste habituel de la main sur la tempe pour le plus grand plaisir des nombreux fans des Rockets présents au Barclays Center. Juste avant, il avait signé un contre sur D’Angelo Russel tout aussi important. Brooklyn s’est accroché avec Caris LeVert (29 points) et Joe Harris (18) mais à chaque fois, Paul était là pour redonner de l’air aux Rockets.

Paul a marqué les sept derniers points de son équipe dans le troisième quart-temps, martyrisant Ed Davis à deux reprises, et terminant avec un nouveau panier à trois points au buzzer pour donner cinq points d’avance à son équipe (91-86). Dans la dernière période, c’est encore lui qui a sapé le moral adverse avec un panier à trois points assassin au bout des 24 secondes (97-90, 38e). Et quand Paul a passé quelques minutes sur le banc, Anthony a bien pris le relais s’offrant un match à 26 points, dont un magnifique 6/9 à trois points.

« Ça fait du bien de voir le ballon rentrer, a reconnu Anthony, très irrégulier depuis le début de la saison. Ça rend les choses plus facile et le rythme du match était bon. » Paul a, lui, terminé avec 32 points (à 13/27), 11 passes décisives, 7 rebonds, 2 interceptions et 2 contres. « Ça commence à venir, a estimé le MVP du match, même si on doit encore progresser. Notre défense n’a pas été très propre mais on a eu quelques éclairs à nouveau et on a su marquer plus qu’eux. » Aux Rockets d’enchaîner dès la nuit prochaine chez les Bulls pour la deuxième étape d’un road-trip de cinq matches.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook