• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • 28 AOÛT 1963 : IL Y A 56 ANS, MARTIN LUTHER KING PARTAGEAIT SON « RÊVE »

28 AOÛT 1963 : IL Y A 56 ANS, MARTIN LUTHER KING PARTAGEAIT SON « RÊVE »

Le 28 août 1963 (cela fait 56 ans aujourd’hui) devant une foule de près de 250 000 personnes rassemblées devant le Lincoln Memorial à Washington, le révérend Martin Luther King Jr. a prononcé ces mots historiques : « J’ai un rêve ». Son discours crucial a non seulement contribué à placer le Mouvement des droits civiques encore plus au premier plan, mais il a également fait pression sur le Congrès pour qu’il adopte la loi sur les droits civils, ce qu’ils ont fait l’année suivante.

« Je rêve que mes quatre petits-enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère », affirmait Martin Luther King il y a exactement 56 ans.

La Marche sur Washington était un événement révolutionnaire à l’époque. Des gens de tout le pays sont venus assister à la cérémonie, accompagnés d’un garçon, Robert Avery, qui n’avait que 15 ans, faisant de l’auto-stop sur une distance de plus de 700 km de l’Alabama pour rejoindre Washington.

Des célébrités ont également voyagé pour assister à la marche. Harry Belafonte, acteur et chanteur, a plaidé avec force pour le match, réunissant d’autres célébrités et encourageant les chefs de studio à Hollywood à autoriser la participation d’autres acteurs.

Leur présence a non seulement attiré l’attention des médias, mais a également contribué à apaiser certaines des inquiétudes du président de l’époque, John F. Kennedy, quant à la violence de la manifestation.

Même maintenant, un demi-siècle plus tard, le discours de King « I Have a Dream » et la marche sur Washington continuent de résonner et le discours continue de représenter un moment important de l’histoire. En 1999, un groupe de spécialistes a classé les meilleurs discours du XXe siècle et ont placé le discours de King au premier rang, devant le discours inaugural de Kennedy en 1961, intitulé « Ne demandez pas à votre pays ce qu’il peut faire pour vous ».

Stéphane BAI

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook