• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • Le Premier ministre britannique accusé d’avoir insulté les Africains

Le Premier ministre britannique accusé d’avoir insulté les Africains

Boris Johnson, qui joue toutes ses cartes pour parvenir au Brexit, voit un nouvel obstacle se dresser devant lui. Et apparemment il en est lui-même la cause, car il s’agit d’un article de journal qu’il a rédigé dans le passé. En effet, l’actuel Premier ministre qui travaillait comme journaliste, a rédigé une chronique en 1999 dans laquelle il tenait des propos « racistes et offensants ». L’article contenait des stéréotypes faisant allusion aux Nigérians et au Congolais.

« Nous devions reconnaître que Tony Blair (alors Premier ministre) avait trouvé un moyen de rendre les gens heureux de s’enrichir. Tous les jeunes que je connais – c’est-à-dire ceux de moins de 30 ans – sont aussi avares que nous, les yuppies Thatcherites des années 80 ; en fait, ils ont un intérêt presque nigérian pour l’argent et les gadgets de toutes sortes », avait-il écrit. Suite à la révélation de cet article, le militant antiraciste, Weyman Bennett, s’est indigné en qualifiant les propos de Boris Johnson de « profondément racistes et insultants ».

La BBC a demandé au Parti conservateur de se prononcer sur la situation, car ce n’est pas la première fois qu’un article du Premier ministre est qualifié de diffamatoire. En 2002, il avait écrit un article pour lequel il a récemment présenté ses excuses. Dans celui-là, il disait : « On dit que la Reine en est venue à aimer la République, en partie parce qu’elle lui fournit régulièrement des foules enthousiastes de piccaninnies brandissant des drapeaux ».

« On dit qu’il part bientôt au Congo. Nul doute que les AK47 vont se taire, que les pangas vont arrêter de pirater la chair humaine, et que les guerriers tribaux vont tous éclater avec des sourires de pastèque… », avait-il rédigé. Ces propos tenus par Boris Johnson sur les Nigérians et africains ont refait surface pendant la querelle sur l’antisémitisme au sein du parti travailliste. Jeremy Corbin, chef de ce parti, a été vilipendé pour ne pas avoir présenté des excuses lors d’une interview accordée à la BBC.

Harris DJIRO

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook