• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • Postérieur bombé : le nouveau standard de beauté en Occident ?

Postérieur bombé : le nouveau standard de beauté en Occident ?

Les standards de beauté ont évolué. D’une poitrine XXL il y a quelques années, le nombre d’opérations de fesses a été multiplié par 2 voire 3 au cours des 15 dernières années. Kim Kardashian, Nicki Minaj ou encore Nabilla, la mode est désormais au postérieur rebondi en Occident.

Et pour se faire, de nombreux types d’opérations sont pratiquées, de l’injection d’acide hyaluronique à la pose d’implants – en silicone, comme des prothèses mammaires – en passant par le lipofilling, également appelé « brazilian but lift ». Cette dernière, il s’agit d’une autogreffe de graisse dans les muscles du fessier qui passe par une liposuccion, souvent au niveau des hanches, du ventre ou de la culotte de cheval. Adulée par les clientes en dépit du risque qu’elle présente.

«Depuis une quinzaine d’années, le nombre d’opérations des fesses a été multiplié par deux ou trois. Avant, c’était rare. Aujourd’hui, on a au moins une demande par jour, ce qui ne signifie pas pour autant que nous répondons favorablement à toutes. À présent, quasiment une liposuccion sur deux s’accompagne d’une injection de la propre graisse de la patiente dans le fessier, note Sydney Ohana. Avant, elles ne le demandaient jamais», a indiqué le chirurgien plasticien Sydney OHANA à BFMTV.

De façon générale, les patientes sont relativement jeunes, avec des ambitions démesurées , qui ne tient pas compte de la compatibilité avec leur physiques. Mais au delà de l’aspect sanitaire, la chirurgie des fesse cache d’autres problèmes, notamment celui du rapport au corps.

En effet, «entre le modèle anorexique qui est toujours sur-valorisé et qui repose sur l’effacement, la disparition de soi, et la tendance à la grossophobie, ces fessiers proposent de nouveaux standards de beauté. (…) Ce qui est en jeu c’est le contraste: la taille permet de mettre en valeur cette nouvelle silhouette alors que les jambes et les fessiers sont l’objet d’une érotisation», selon le philosophe Bernard Andrieu.

Lequel relève que ces nouveaux canons relèvent également d’enjeux sociétaux: ils seraient l’affirmation de minorités longtemps invisibles. « Nicki Minaj ou Beyoncé représentent des communautés culturelles et ethniques autrefois minoritaires. » Et ces anatomies permettraient de renverser le modèle dominant de la femme blanche très mince.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video