• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • L’artiste camerounais Général Valsero emprisonné à Yaoundé depuis six mois

L’artiste camerounais Général Valsero emprisonné à Yaoundé depuis six mois

Dans le silence assourdissant des médias africains et internationaux, la situation
politique du Cameroun va de mal en pire. Quelques regards fictifs tournés vers la
crise dans le NOSO – les régions anglophones Nord-Ouest et Sud-Ouest –, la
capitale Yaoundé semble avoir disparu des radars. Demeurant lettre morte, près de
500 partisans et supporteurs du parti de l’opposition Mouvement pour la
Renaissance du Cameroun (MRC) ont été jetés en prison à Yaoundé depuis le début
de l’année 2019, parmi eux l’illustre Professeur Maurice Kamto, président du MRC, et
d’autres cadres du parti. Leur seul crime est d’avoir participé à des manifestations
pacifiques non-autorisées contre le Hold-Up électoral. L’élection présidentielle
d'octobre 2018 au Cameroun fut le théâtre d’un nombre incalculable d’irrégularités et
de fraudes massives, ce que le MRC a osé dénoncer tout en déclarant son candidat
vainqueur et président légitime du Cameroun.
Parmi les détenus se trouve un personnage autant admiré que controversé par les
Camerounais.es pour son engagement politique à travers le hip-hop : le Général
Valsero, incarcéré depuis le 26 janvier 2019.
Connu pour son aversion prononcée pour ce qu’il appelle le clepto-gérontocrate Paul
Biya qui règne sur le Cameroun depuis 37 longues et tristes années, l’artiste s'est
plusieurs fois exprimé à travers ses chansons engagées telles que Lettre au
Président en 2008 ou encore Je porte plainte en 2013. Tout en se passant d’une
carrière commerciale car son but étant plus de réveiller des consciences que de
vendre des disques, l’activiste de la société civile, leader d’opinion et porte-parole de
la jeunesse camerounaise est toujours resté fidèle à ses convictions et ne cesse
d’aborder les maux de son pays. En 2018, Valsero dénonce la crise dans le NOSO
avec Résistance. Il publie sa dernière chanson Zombie, dans laquelle il déplore l’état
d’esprit lamentable de bon nombre de ces concitoyens, le 10 janvier 2019. Seize
jours plus tard, le Général Valsero est arrêté à Yaoundé.
C’est son amour et son fervent engagement pour son peuple qui ont amené Valsero
à soutenir le MRC avec son candidat Maurice Kamto pendant la campagne
électorale en 2018 en tant que seul parti politique ayant l’envergure et la crédibilité
requise pour remporter la présidentielle et mettre fin au règne de Biya.
C’est encore cet amour et ce même engagement pour son peuple qui l’ont conduit à
la prison principale de Yaoundé et qui pourraient lui coûter la vie, puisque le tribunal
militaire de Yaoundé vient de réaffirmer sa compétence à juger les 103 membres et
proches du MRC il y a quinze jours. Les huit chefs d’accusation collés à tous ces
malchanceux qui se retrouvent dans le « dossier Kamto », notamment
l’attroupement, la rébellion en groupe, l’hostilité à la patrie, l’insurrection, le trouble à
l’ordre public, l’association de malfaiteurs, l’incitation à l’insurrection et la
complicité, peuvent conduire les juges à infliger la peine capitale à ces manifestants
pacifiques ; parmi eux un artiste et activiste de la société civile dont le seul crime est
d’exercer son travail.
Le Cameroun et l’Afrique n’ont qu’un seul Général Valsero. Ne laissons pas notre
silence faire de nous les complices d’un meurtre institutionnalisé.

Une pétition « Soutenons le Général Valsero »:
Signez la pétition pour la libération du Général Valsero :
https://join.amnesty.org/page/41188/petition/1?locale=fr-FR
Faites un don pour que sa famille puisse le tenir à vie et payer ses avocats :
https://de.gofundme.com/f/free-valsero-liberez-valsero
Likez la page Facebook « Freevalsero » :
https://www.facebook.com/Freevalsero-1037257319998694/
Abonnez-vous à la chaîne Youtube « Free Valsero » :
https://www.youtube.com/channel/UCZm2QnMSSVTMPfT6H6ZRsYg/featured
Regardez « Du piment sur les lèvres » pour mieux connaître son action :
https://www.youtube.com/watch?v=Yto44nd36Oc

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook