• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • Elle reconnaît son ancien camarade d’université dans un reportage sur les sans abri et lui vient en aide.

Elle reconnaît son ancien camarade d’université dans un reportage sur les sans abri et lui vient en aide.

Alors qu’en septembre il fête sa dixième année dans la rue, il apparaît dans un reportage de CNN sur la situation des sans abri. C’est alors que Kim Hershman, une ancienne camarade d’université le reconnaît à l’écran.
L’histoire de Shawn Pleasants aurait pu avoir l’air d’une success story. Après de brillantes études, il travaille à Wall Street puis déménage en Californie pour être son propre patron.

Il y lance une société de production de films et dans les années 90, se tourne vers l’industrie de film pour adultes.
Ce qui lui rapporte suffisamment d’argent pour acheter une maison de luxe à Silver Lake.

Mais l’argent tari et lorsque sa mère meurt d’un cancer il y a une dizaine d’années, il sombre dans la dépression et la dépendance.
Alors qu’en septembre il fête sa dixième année dans la rue, il apparaît dans un reportage de CNN sur la situation des sans abri.

C’est alors que Kim Hershman, une ancienne camarade d’université le reconnaît à l’écran. Elle se sent obligée de l’aider surtout que son camp de fortune se trouve être à seulement quelques kilomètres de chez elle.
«Quand nous étions à Yale dans les années 80, il y avait très peu d’étudiants noirs», confit-elle à CNN. «Les choses sont très différentes maintenant.

Mais je sais que, peu importe ce qu’il a accompli, quelque chose a changé et il n’a pas eu le soutien que j’avais peut-être. »
La consultante commerciale à Hollywood décide de lui apporter ce soutien, et va puiser dans son réseau d’anciens étudiants.

Après plusieurs sollicitations publiées sur une page Facebook pour des anciens du « Black Yale », elle lui trouve une maison d’hôtes dans un domaine de Los Angeles et l’inscrit dans un programme de désintoxication.
Le cinquantenaire déclare qu’il lui a fallu des semaines pour réaliser et qu’il lui arrivait de s’attendre à ce qu’on lui dise « Poisson d’avril », et « c’est fini ». Avec son ancienne camarade, ils travaillent à la réalisation d’un projet cher au cœur de Plesants.

De quoi vous redonner foi en l’humanité en ce début de semaine.

Annabella Kemayou.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video