• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • LES DÉTAILS TROUBLANTS DE L’INTERPELLATION DE ANGE DIBENESHA

LES DÉTAILS TROUBLANTS DE L’INTERPELLATION DE ANGE DIBENESHA

Dans la nuit de mercredi à jeudi dernier vers 2h du matin, Ange Dibenesha Marifa, un jeune Congolais de nationalité française âgé de 31 ans, a été contrôlé par deux policiers après avoir été surpris au téléphone au volant de son véhicule. L’interpellation a eu lieu au croisement de Kremlin Bicêtre-Porte d’Italie.

Alors au téléphone avec son ami dénommé « Oucash », l’appel s’est soudainement interrompu. Ange sera transporté à l’hôpital Pitié Salpêtrière (Paris 13ème), par le Samu à 4h du matin suite à un supposé malaise cardiaque.

Plus de 24h sans informations

C’est seulement, vendredi 29 mars 2019 matin, que la police contacte sa belle soeur Safy T. pour lui demander son lien de parenté avec Ange et lui indique de se renseigner auprès de l’hôpital Pitié Salpêtrière, en précisant qu’il aurait eu un « accident ». La famille au courant, c’est son grand frère Arnaud qui se rend le premier à l’hôpital. On lui précise qu’Ange sera débranché à 17h le jour même (Vendredi) alors qu’ils n’ont été prévenus qu’en matinée. Arnaud découvre alors le corps d’Ange assisté par les machines pour respirer, les médecins leur indiquant qu’il aurait déjà subi plusieurs arrêts cardiaques. Le Samu qui a pris en charge auprès de la police ont indiqué que le jeune homme était dans le coma depuis une trentaine de minutes, donc aux alentours de 3 heures du matin.

La famille dans l’incompréhension

La mère d’Ange Dibenesha avait demandé de l’aide pour tenter d’obtenir des informations quant à l’état de son fils. Dans une vidéo publiée et relayée sur les réseaux sociaux, elle racontait : “J’ai mon fils à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, à Paris XIII. Mon fils a été emmené depuis mercredi, et ce n’est que le vendredi matin que nous avons été informés. Ni son épouse, ni la famille n’étaient au courant avant cela.

Selon les proches de la victime, on retrouve plusieurs traces de violences sur le corps du jeune homme. On constate des déchirures au niveau de ses poignées, certainement dues aux menottes, preuve qu’il a été menotté et appréhendé. Un autre détail troublant constaté par la famille sur le corps d’Ange sont les traces de brûlures au niveau du thorax, vraisemblablement suite à l’utilisation d’un taser à bout portant.

Ange a été gardé branché jusqu’à samedi 30 mars 2019 à 11h, son décès sera confirmé à 23h.

Plusieurs questions subsistent, tant sur les circonstances de son arrestation et les délais avant que la famille soit contactée sont troubles, voir incohérents.

Que s’est-il passé durant ces deux heures dans la nuit de mercredi à jeudi ? Pourquoi la famille n’a été prévenue que deux jours plus tard ? Pourquoi le Samu qui fait état d’un coma ayant débuté 30 minutes avant leur arrivé ? Pourquoi l’hôpital ne confirme pas les détails de la Préfecture de Police mises en ligne Dimanche 13h via un communiqué ?

Assa Traoré, la sœur d’Adama Traoré ainsi que la LDNA se sont rendus sur place hier. Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnalités (Mokobe, Youssoupha, Hapsatou Sy, Kalash, Hélène Sy etc) se sont mobilisées pour donner de l’écho à l’affaire et tenter d’obtenir des explications sur les circonstances de la mort d’Ange Dibenesha.

NB: Les jeunes hommes noirs ou arabes ont 20 fois plus de risques d’être contrôlés et représentent 90% des décès entre les mains de la police.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook