• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • Une couronne éthiopienne du 18e siècle bientôt restituée à Addis-Abeba

Une couronne éthiopienne du 18e siècle bientôt restituée à Addis-Abeba

Une couronne éthiopienne du 18ème siècle sera finalement ramenée à la maison après avoir été cachée dans un appartement hollandais pendant 21 ans. L’éthiopien Sirak Asfaw, qui s’est réfugié aux Pays-Bas à la fin des années 1970, a découvert la couronne dans la valise d’un visiteur et s’est rendu compte qu’elle avait été volée.

Le retour d’un trésor national

C’est une histoire digne d’un film d’aventure que l’un de ses deux protagonistes, le néerlandais Arthur Brand a considéré ce 2 octobre, dans un tweet, comme l’une des plus palpitantes expériences de sa carrière. Sirak Asfaw, consultant en gestion, a protégé le précieux trésor jusqu’à ce qu’il se sente en sécurité de le renvoyer. « Le moment est enfin venu de ramener la couronne à ses propriétaires – et les propriétaires de la couronne sont tous Ethiopiens ».

On pense que la Couronne fait partie d’une série comptant certains des plus importants biens culturels d’Éthiopie. Parmi ces spécialistes, Jacopo Gnisci, chercheur à l’Université d’Oxford, a confirmé son authenticité et peut retracer une partie de son histoire. Il estime ainsi qu’il existe moins d’une trentaine de ces couronnes dans le monde, appelées zewd. « Ces couronnes revêtent une grande importance culturelle et symbolique en Ethiopie, car elles sont généralement offertes par de hauts responsables à des églises dans le cadre d’une pratique qui remonte à la fin de l’Antiquité », a indiqué Jacopo Gnisci.

Le joyau contient des motifs représentant de Jésus-Christ, de Dieu et du Saint-Esprit, ainsi que des disciples de Jésus. Il a probablement été offert à une église par le puissant seigneur de guerre Welde Sellase il y a des centaines d’années. Il est actuellement stocké dans un établissement à haute sécurité jusqu’à ce qu’il puisse être renvoyé en toute sécurité.

La découverte de la couronne

M. Sirak a quitté son pays d’origine en 1978 pour échapper à la répression politique du gouvernement communiste, ou Derg, arrivé au pouvoir en 1974. Le régime a déclenché une vague de violence connue sous le nom de Terreur rouge, qui a tué des centaines de milliers de partir.

L’ancien réfugié avait l’habitude d’accueillir des Ethiopiens qui avaient quitté le pays dans son appartement de Rotterdam au cours des années 1980 et 1990. « Amis, réfugiés, peu importe », a-t-il déclaré. C’est l’un de ces visiteurs séjournant chez lui en 1998 qui portait la couronne dans son sac. « La plupart des gens ne s’intéressent pas vraiment à cet héritage culturel », a-t-il dit. « Je suis fidèle à l’Ethiopie ». M. Sirak a confronté l’homme et a insisté sur le fait que la couronne ne partirait que si elle pouvait être renvoyée à son domicile.

Après avoir demandé de l’aide sur des forums Internet – ce qui n’a pas apporté de réponse utile -, il a décidé que la meilleure chose à faire était de conserver la couronne jusqu’à ce qu’il sache qu’elle serait en sécurité. « Vous vous retrouvez dans une situation si suffocante, vous ne savez pas à qui dire, quoi faire ou à qui rendre », a-t-il déclaré. « Et bien sûr, peur que le gouvernement néerlandais ne le confisque ».

« C’est une pièce incroyable »

Avec la fin de l’ancien régime et l’élection du Premier ministre Abiy Ahmed l’année dernière, Sirak Asfaw a estimé qu’il était temps que l’histoire de l’Ethiopie revienne à Addis-Abeba. Il a contacté Arthur Brand, surnommé « l’Indiana Jones du monde de l’art », pour obtenir de l’aide afin de le ramener à la maison. « Je lui ai expliqué, regardez, soit la couronne disparaîtra, soit vous-même, si vous continuez ainsi », a confié le spécialiste d’art en parlant de l’éthiopien. « J’ai dit que si les personnes impliquées à l’époque en prenaient connaissance, le risque était qu’elles reviendraient et lui enlèveraient la couronne ».

Avec le consentement de la police néerlandaise, le chasseur d’art a placé l’artefact dans un lieu sûr. Un expert a confirmé son authenticité et M. Brand a décidé que la meilleure chose à faire était de l’annoncer publiquement. « C’est une pièce incroyable. C’est très gros, j’ai pitié des gens qui doivent le porter sur la tête parce que quand on porte ça pendant quelques heures, on a mal au cou », a-t-il déclaré.

Les deux hommes attendent que le gouvernement éthiopien prenne contact avec les autorités néerlandaises pour planifier le retour de la couronne. « Je veux que cette couronne soit un symbole d’unité et de solidarité », a déclaré Sirak Asfaw. « La Couronne sera célébrée par tous les Ethiopiens, même les Africains ».

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook