• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • CÔTE D’IVOIRE : LE MOT « BOUCANTIER » INTÉGRÉ DANS LE PETIT LAROUSSE 2020

CÔTE D’IVOIRE : LE MOT « BOUCANTIER » INTÉGRÉ DANS LE PETIT LAROUSSE 2020

« Boucantier », un néologisme issu du mouvement de la musique ‘’Coupé-décalé’’ en Côte d’Ivoire et populaire dans les pays francophones de l’Afrique de l’Ouest, fait son entrée dans le dictionnaire français du Petit Larousse illustré 2020, a rapporté lundi 13 mai Le Monde.

De l’ivoirien dans le Larousse

Si vous êtes familiers à la culture ivoirienne, vous devez avoir déjà entendu parler du « boucantier », ce dandy des temps modernes, friand d’objets luxueux et frimeur inconditionnel, personnage autour duquel et par lequel se sont développés le mouvement de la « Sagacité » et le genre musical « coupé décalé ».

Eh bien, c’est ce terme qui vient de faire une entrée remarquée dans l’édition de l’année prochaine du Petit Larousse illustré, de même que les mots « taxieur »  (chauffeur de taxi dans jargon algérien) et « alphabète » (venu du Burundi et désignant celui qui sait lire et écrire). « Ils font partie des 100 nouveaux mots entrés dans le millésime 2020 du dictionnaire. Ils rejoignent les 2 000 régionalismes et termes de la francophonie déjà consignés entre 63 500 mots », explique Le Monde.

Selon Usher Alima, journaliste culturel et auteur de l’ouvrage Doug Saga ou l’histoire secrète du coupé décalé, « les coupeurs-décaleurs, les créateurs du Coupé-décalé » ont récupéré le terme « boucan » (défini dans Le Larousse comme un « vacarme assourdissant » ou un « tapage ») pour lui donner un autre sens. « Boucan, dans le langage Coupé-décalé, signifie « faire la fête, mener grand train, et surtout le faire savoir »C’est-à-dire, celui qui mène une belle vie et ne le fait pas savoir, n’est pas forcément un boucantier », explique-t-il.

Coupé-décalé : au-delà de la danse…

Le Coupé-décalé est un genre musical originaire de la Côte d’Ivoire apparu dans les années 2000. Né de l’expression « coupé-décalé-travaillé » reprise dans beaucoup chansons de l’époque, il s’inscrit dans le mouvement culturel plus global qu’est la Sagacité introduite et popularisée à Abidjan et en Europe par l’artiste chanteur ivoirien Douk Saga mort en 2006.

Le mouvement se répand sous l’impulsion de jeunes voulant se démarquer et axant musique sur la frime avec une chorégraphie bien définie propre à chacune des personnes formant le groupe la Jet set (ivoirienne).

En effet, comme le fait remarquer M. Alima, « le Coupé-décalé est arrivé pas seulement comme une musique. C’est arrivé avec tout un style de vie, et une philosophie. Et dans le Coupé-décalé, il y a la danse, la façon de s’habiller, la façon de parler ».

Plusieurs autres néologismes enrichissent le répertoire de la Sagacité : « travaillement » (fait de distribuer des coupures de billets de banque sur une personne ou un artiste pour l’encourager), « s’envollement » (action de prendre son envol) ou encore « faroter » (qui veut simplement dire « frimer »).

Ils n’attendent qu’à être officiellement introduits, eux aussi, dans le dictionnaire de la langue française pour « l’ambiancer », comme on dit à Abidjan.

Stéphane BAI

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook