• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • INGÉRENCE FRANÇAISE : PARIS INVITÉ À « S’OCCUPER DES GILETS JAUNES »

INGÉRENCE FRANÇAISE : PARIS INVITÉ À « S’OCCUPER DES GILETS JAUNES »

Le ministre congolais de l’enseignement supérieur et universitaire, Steve Mbikayi a réagi, le 10 janvier dernier, à la déclaration du ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian qui remettait en cause l’élection de Félix Tshisekedi, invitant la France à plutôt s’occuper de gilets jaunes.
 
« Nous avons financé seuls nos élections qui se sont déroulées dans le calme. À l’annonce des résultats, il n’y a pas eu des protestations dans la rue ! La France n’a pas des leçons à ns faire. Elle ferait mieux de s’occuper des gilets jaunes au lieu de s’ingérer dans nos affaires », a indiqué Steve Mbikayi via twitter.
 
Une réponse claire et sèche envoyée à un pays habitué à s’ingérer dans les affaires internes d’autres États, particulièrement en Afrique. Le ministre français des Affaires étrangères avait en effet estimé, le 10 janvier, que les résultats de la présidentielle en RDC, annoncés mercredi, n’étaient « pas conformes » aux attentes et que l’opposant Martin Fayulu en était « a priori » le vainqueur.
 
« Les élections se sont déroulées à peu près dans le calme, ce qui est une bonne chose, mais il semble bien que les résultats proclamés […} ne soient pas conformes aux résultats que l’on a pu constater ici ou là, parce que la conférence épiscopale du Congo a fait des vérifications et annoncé des résultats qui étaient totalement différents », avait déclaré Jean-Yves Le Drian sur CNews.
 
Une intervention du chef de la diplomatie française qui a tout de suite été qualifiée d’ingérence par bon nombre de Congolaises et de Congolais sur les réseaux sociaux, mais aussi par le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mendé, qui a confié au micro de la radio RFI : « Quel que soit ce qui pourrait sortir des délibérations de la Cour constitutionnelle que les uns ou les autres vont pouvoir saisir, je réprouve totalement le fait qu’un dignitaire étranger se permette de tels propos, s’agissant des actions congolaises ».
 
Depuis plus de deux mois pourtant, la France fait face à l’une des plus grandes manifestations de colère sociale de son histoire. L’Élysée est en manque de solutions pour régler efficacement la crise des « gilets jaunes ». Avec un tel problème intérieur à gérer, l’intrusion du Quai d’Orsay dans les affaires internes d’un pays indépendant comme le Congo est naturellement mal venu.
 
Ce qu’il faut comprendre, à travers le tweet du ministre congolais Steve Mbikayi, c’est que dans ce monde, chacun a ses problèmes et qu’il faut savoir souvent s’occuper de ses oignons. Il reste à espérer que Paris applique ce principe.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook