• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • CENTRAFRIQUE: FIN DE LA TRAQUE DE JOSEPH KONY PAR LES ÉTATS-UNIS

CENTRAFRIQUE: FIN DE LA TRAQUE DE JOSEPH KONY PAR LES ÉTATS-UNIS

Comme annoncé le 29 mars dernier, les États-Unis ont décidé de se retirer de la traque du chef de la rébellion centrafricaine Joseph Kony. Les raisons de cet abandon demeurent assez floues.

Joseph Kony, chef du LRA ( la rébellion de l’Armée de résistance du Seigneur), est décrit comme un personnage sanguinaire, recruteur d’enfants-soldats, massacreurs de villageois de l’est-africain. Le nombre de victimes mortelles de la LRA s’élève à plus de 100 000 personnes. Pour tous ces forfaits précités, le chef rebelle est à ce jour toujours recherché pour crimes contre l’humanité.
Le groupe armé sévit dans toute la sous-région. En effet, aussi bien dans le nord de l’Ouganda, qu’au Soudan du Sud, au nord-est de la RDC ou en Centrafrique, partout où il passe, il sème terreur. ‎
À ce jour, on compte pas moins de 60 000 enfants enlevés et transformés en « enfants-soldats ». ‎‎

Pour mettre un terme à toutes ses exactions, en 2011, le président Obama avait décidé de déployer un petit contingent des forces spéciales américaines en soutien aux forces des pays d’Afrique centrale luttant contre la LRA, c’est l’opération Observant Compass.
Dans cette optique, les forces américaines seront amenées à mener des opérations, autant de reconnaissance, que de formation. Hâtivement recherché, la tête de Joseph Kony sera même mise à prix pour 5 millions de dollars en 2015.
Du fait de cette traque, de multiples lieutenants ou soldats du groupe armé se livreront d’eux même ou seront capturés. Une situation qui va tout naturellement conduire au déclin progressif de l’organisation rebelle.
Une situation qui justifierait le retrait américain officiellement. ‎« Le temps est venu de passer à autre chose étant donné que l’organisation (la LRA, NDLR) est vraiment en train de se battre pour sa survie », a déclaré le général Thomas Waldhauser, patron du commandement américain pour l’Afrique (Africom).

Il faut dire que l’administration Trump ne semblait pas très favorable à cet engagement des forces américaines. ‎En janvier dernier, l’équipe de transition de Donald Trump déclarait dans le New York Times, ‎ » Est-ce que cela vaut toutes ces dépenses ? « ‎.

Rappelons que la traque aurait jusque-là coûtée 780 millions de dollars depuis 2011, selon des médias US. Une somme astronautique quand on sait que Joseph Kony n’a toujours pas été capturé.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook