• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • AUGUSTIN N’DOUR, LE SÉNÉGALAIS CANDIDAT AUX LÉGISLATIVES EN ESPAGNE

AUGUSTIN N’DOUR, LE SÉNÉGALAIS CANDIDAT AUX LÉGISLATIVES EN ESPAGNE

D’origine Sénégalaise, l’Espagnole et travailleur à Cáritas, Augustin Marie Ndour est le seul candidat d’origine africaine aux élections législatives du dimanche 28 avril prochain en Espagne. Ndour est le candidat du parti ‘’un mundo mas justo M+J’’, ‘’un monde plus juste’’, une première dans l’histoire du royaume.

Arrivé en Europe, précisément à Lisbonne il y a 19 ans, avec un visa d’étudiant en poche, Augustin Ndour affirme avoir une sensation d’occuper un lieu , dans lequel il ne s’imaginait jamais être. « Je ne pensais pas que ce jour pourrait arriver », a déclaré Augustin Ndour, candidat du parti minoritaire pour un monde plus juste. Il est resté dans la capitale portugaise en situation irrégulière, sans papiers et sans contrat plus d’un an. Ses mains ont construit une partie du métro de la ville portugaise, dit-il. Espérant être élu au soir du 28 avril pour ainsi devenir le premier noir président d’un gouvernement espagnol, il souhaite réduire de trois ans à six mois le temps minimum pour régulariser la situation des immigrants. Actuellement, la majorité des personnes arrivant irrégulièrement doivent rester clandestinement dans le pays, sans possibilité de travailler avec un contrat, jusqu’à trois ans de séjour au minimum. Jusque-là, ils ne peuvent pas traiter leur documentation par la voie de l’enracinement. « Je sais ce que cela signifie, je connais la souffrance de ceux qui le vivent, qui sont obligés de se consacrer à la couverture du haut, qui doivent fuir la police et qui sont en manque de survie », a déclaré le candidat.

Le Sénégalais a choisi sa résidence par l’un des quatre processus de régularisation mis en place sous le Gouvernement de José Maria Aznar entre 2000 et 2001, pour lesquels environ 500 000 immigrants ont obtenu leur résidence.  » En Espagne, il était plus facile de régulariser les immigrants, ce n’était pas un acte désintéressé, c’était parce qu’ils avaient besoin de main-d’œuvre en raison de l’essor de la construction », précise le chef du parti minoritaire.

Conscient des possibilités limitées de son parti, il assure qu’il a franchi le pas de la politique pour contribuer à faire connaître les préoccupations de la population immigrée en Espagne : ‘’ si un immigré qui est arrivé ici sans rien peut faire de la politique, peut-être de plus en plus d’immigrés peuvent nous représenter. « , explique Ndour.

Il demande depuis des jours un face-à-face avec Santiago Abascal. « Sans aucun doute, je voudrais débattre avec lui pour qu’il puisse entendre un autre discours, et pour que je puisse entendre le sien, nous ne pourrons jamais partager l’idéologie, mais au moins il peut me comprendre », confie l’homme politique.

Pour le dirigeant de M + J, la base des attaques dirigées contre la population immigrée par certains partis de la campagne électorale consiste à les placer en tant que boucs émissaires. « En 2008, lorsque la crise économique a commencé, cette stratégie a commencé à augmenter, car il s’agit en définitive de blâmer tous les maux des plus faibles et des immigrés n’ayant pas de microphone pour répondre dans les médias « .  » Le gouvernement ne fait pas la promotion de l’emploi, mais on blâme l’immigré, qui nous a confisqué notre travail. »Quand nos politiques d’éducation ont mal tourné, il a été dit qu’il y avait beaucoup d’immigrés dans les salles de classe et que c’était inférieur à la moyenne : hallucinants, c’est-à-dire qu’ils sont tenus pour responsables de tout échec « .

‘’Les cheikhs arabes n’ont jamais eu de problème pour entrer en Europe, car ils ont de l’argent, mais les pauvres sont obligés de risquer leur vie, à la roulette russe, moi ou mes enfants pouvons voyager avec un passeport espagnol. Où nous voulons. Mais mon voisin, avec un passeport sénégalais, ne peut pas.’’, a-t-il rajouté.

Le candidat du parti minoritaire s’est également engagé à réduire le racisme en Espagne « par l’éducation », en fermant les Centres d’internement pour étrangers (CIE) et en mettant fin à l’identification de la police par son profil racial. Le but de sa formation, éliminer la pauvreté et mettre fin aux inégalités : « Nous voulons mettre fin à la faim, nous voulons mettre fin aux guerres ».

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook