[ACTUALITÉ] VINCENNES: COULIBALY EST MORT DANS L’ASSAUT

 

17 h 34. Des sources proches du dossier annoncent qu’un des deux preneurs d’otages a été neutralisé.

17 h 20. Les élèves confinés à la suite de la prise d’otages vendredi porte de Vincennes, à l’est de la capitale, ont tous été autorisés à quitter leurs établissements, a-t-on appris de sources concordantes. À Paris, les mesures de confinement sont levées pour tous les établissements, selon le rectorat de Paris.

7 h 15. Des policiers du Raid sont blessés, selon BFM TV. Plusieurs otages ont été libérés. « Ils l’ont eu ! », crient des policiers. Amedi Coulibaly est mort dans l’assaut.

17 h 13. L’assaut est donné porte de Vincennes. « Je viens d’entendre quatre explosions », affirme l’envoyée spéciale de France 2. Les hommes du Raid crient : « Au sol ! Au sol ! »

17 h 10. En 2009, le preneur d’otage présumé de Vincennes, Amedy Coulibaly était en formation en alternance et avait rencontré l’ancien président Nicolas Sarkozy, en déplacement à Grigny.

17 heures. Selon les informations de RTL, Amedi Coulibaly tient un discours serein et dit vouloir venger ses frères

16 h 55. Raquel Garrido, élue Front de gauche à la mairie de Paris, habitant porte de Vincennes, témoigne : « J’étais en chemin pour me rendre à l’Élysée afin de rencontrer François Hollande avec Jean-Luc Mélenchon. Nous avions prévu de parler des attentats contre Charlie Hebdo. Je n’ai pas pu aller plus loin. Je suis actuellement porte de Vincennes au niveau des maréchaux, à 200 mètres de la prise d’otage. Il n’y a pas eu de coup de feu depuis 13 h 15. Des dizaines de véhicules de pompiers, police, Samu et CRS sont présents. Je suis sidérée du calme avec lequel les habitants réagissent. Notamment les jeunes du lycée Hélène-Boucher tout à côté. Comme si personne ne voulait laisser gagner la peur ».

16 h 38. « Tout le monde dégage, tout le monde dégage, c’est votre vie ! » hurle un policier à des passants près de l’épicerie casher où au moins deux personnes ont été tuées lors d’une prise d’otages dans l’est de Paris, cours de Vincennes. « S’il arrive jusqu’ici, c’est un carnage », soupire un policier en gilet pare-balles et casque, chargé de faire reculer les curieux. Une file d’hommes lourdement armés, en tenue d’intervention, progresse en file indienne derrière un bouclier pare-balles, en direction de l’épicerie où au moins cinq personnes avaient été prises en otages. Les rues du quartier sont totalement désertes, certains habitants ont fermé leurs volets. Les accès sont bouclés par les forces de sécurité, sur les dents, qui ne laissent passer que des dizaines de véhicules de police et des camions de pompiers. Dans une rue adjacente, plusieurs personnes, dont un homme portant une kippa, attendent, inquiètes. « Y’a des gens qu’on connaît » dans l’épicerie, lance l’un d’eux, très nerveux.

16 h 35. Amedi Coulibaly se trouvait encore le week-end dernier dans la cité de la Grande-Borne à Grigny (Essonne), sa ville d’origine, affirme Le Monde.fr. « On s’est croisé, on a discuté, on s’est dit qu’on allait se revoir », raconte un de ses interlocuteurs au site internet. L’homme avait pris l’habitude de ne jamais avoir de téléphone mobile pour ne pas être géolocalisé. Selon une autre source, le jeune homme revenait régulièrement à la Grande-Borne même s’il n’y habitait plus. Il a été aperçu la semaine dernière dans un café à Viry-Châtillon, une ville voisine.

16 h 32. De New York à Los Angeles, Mexico, Tokyo ou Johannesburg, tous affirment « Je suis Charlie » : les manifestations de soutien se poursuivent ce vendredi dans le monde deux jours après la tuerie qui a frappé le journal satirique Charlie Hebdo à Paris.

16 h 25. Le contact a été établi entre la police et les preneurs d’otages, selon i>Télé.

16 h 22. Sur Twitter, Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du FN, réagit à sa manière aux tragiques événements en France :

16 h 19. Le prince Harry s’est rendu vendredi midi à l’ambassade de France de Londres où il a signé le livre de condoléances en mémoire des victimes de l’attentat contre l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo à Paris. « Très chaleureusement, meilleurs voeux », a écrit Harry, quatrième dans l’ordre de succession au trône britannique, sur le livre de condoléances posé devant les douze photos des victimes de l’attaque du journal français.

16 h 18. L’islamiste Djamel Beghal, qui apparaît dans un dossier judiciaire aux côtés de Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly, a été placé à l’isolement en détention et n’a « rien à voir » avec les attentats en cours, a déclaré vendredi son avocat. « Il m’a dit n’avoir rien à voir ni de près ni de loin avec les événements en cours et déplore, notamment pour la sécurité de sa famille qui se trouve à Londres, les amalgames qui le présentent comme le cerveau des attentats de 1995 en France, alors qu’il n’a jamais été mis en cause dans cette affaire », a déclaré à l’Agence France-Presse Me Bérenger Tourné, qui a eu par téléphone son client qui est incarcéré à Rennes.

16 h 14. Israël suit avec inquiétude la situation à Paris », a indiqué le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, dans un communiqué, « l’offensive terroriste en cours depuis trois jours ne vise pas seulement le peuple français ou les juifs de France mais tout le monde libre ».

6 h 9. Selon nos informations, des gens sortent au compte-gouttes. Non pas de l’hypercasher mais du magasin Charles, traiteur voisin, où étaient enfermés des clients depuis le début de la prise d’otages.

16 h 6. La préfecture de police de Paris publie sur Twitter la liste des écoles confinées de l’Académie de Paris.

‪#‎AlerteAttentat‬ liste des écoles confinées sur ‪#‎Paris‬ Voir la pièce jointe de ce tweet. pic.twitter.com/ee5ikeIDoQ
Préfecture de police (@prefpolice) 9 Janvier 2015

16 h 1. Selon nos informations, Amedy Coulibaly demande la libération des frères Kouachi. Il menace de tuer « tout le monde » si l’assaut est lancé contre les deux suspects, affirme Metronews.

15 h 48. La rencontre Merkel-Hollande prévue ce dimanche est reportée.

17 h 34. Des sources proches du dossier annoncent qu’un des deux preneurs d’otages a été neutralisé.

17 h 20. Les élèves confinés à la suite de la prise d’otages vendredi porte de Vincennes, à l’est de la capitale, ont tous été autorisés à quitter leurs établissements, a-t-on appris de sources concordantes. À Paris, les mesures de confinement sont levées pour tous les établissements, selon le rectorat de Paris.

17 h 15. Des policiers du Raid sont blessés, selon BFM TV. Plusieurs otages ont été libérés. « Ils l’ont eu ! », crient des policiers. Amedi Coulibaly est mort dans l’assaut.

17 h 13. L’assaut est donné porte de Vincennes. « Je viens d’entendre quatre explosions », affirme l’envoyée spéciale de France 2. Les hommes du Raid crient : « Au sol ! Au sol ! »

17 h 10. En 2009, le preneur d’otage présumé de Vincennes, Amedy Coulibaly était en formation en alternance et avait rencontré l’ancien président Nicolas Sarkozy, en déplacement à Grigny.

17 heures. Selon les informations de RTL, Amedi Coulibaly tient un discours serein et dit vouloir venger ses frères :

16 h 55. Raquel Garrido, élue Front de gauche à la mairie de Paris, habitant porte de Vincennes, témoigne : « J’étais en chemin pour me rendre à l’Élysée afin de rencontrer François Hollande avec Jean-Luc Mélenchon. Nous avions prévu de parler des attentats contre Charlie Hebdo. Je n’ai pas pu aller plus loin. Je suis actuellement porte de Vincennes au niveau des maréchaux, à 200 mètres de la prise d’otage. Il n’y a pas eu de coup de feu depuis 13 h 15. Des dizaines de véhicules de pompiers, police, Samu et CRS sont présents. Je suis sidérée du calme avec lequel les habitants réagissent. Notamment les jeunes du lycée Hélène-Boucher tout à côté. Comme si personne ne voulait laisser gagner la peur ».

16 h 38. « Tout le monde dégage, tout le monde dégage, c’est votre vie ! » hurle un policier à des passants près de l’épicerie casher où au moins deux personnes ont été tuées lors d’une prise d’otages dans l’est de Paris, cours de Vincennes. « S’il arrive jusqu’ici, c’est un carnage », soupire un policier en gilet pare-balles et casque, chargé de faire reculer les curieux. Une file d’hommes lourdement armés, en tenue d’intervention, progresse en file indienne derrière un bouclier pare-balles, en direction de l’épicerie où au moins cinq personnes avaient été prises en otages. Les rues du quartier sont totalement désertes, certains habitants ont fermé leurs volets. Les accès sont bouclés par les forces de sécurité, sur les dents, qui ne laissent passer que des dizaines de véhicules de police et des camions de pompiers. Dans une rue adjacente, plusieurs personnes, dont un homme portant une kippa, attendent, inquiètes. « Y’a des gens qu’on connaît » dans l’épicerie, lance l’un d’eux, très nerveux.

16 h 35. Amedi Coulibaly se trouvait encore le week-end dernier dans la cité de la Grande-Borne à Grigny (Essonne), sa ville d’origine, affirme Le Monde.fr. « On s’est croisé, on a discuté, on s’est dit qu’on allait se revoir », raconte un de ses interlocuteurs au site internet. L’homme avait pris l’habitude de ne jamais avoir de téléphone mobile pour ne pas être géolocalisé. Selon une autre source, le jeune homme revenait régulièrement à la Grande-Borne même s’il n’y habitait plus. Il a été aperçu la semaine dernière dans un café à Viry-Châtillon, une ville voisine.

16 h 32. De New York à Los Angeles, Mexico, Tokyo ou Johannesburg, tous affirment « Je suis Charlie » : les manifestations de soutien se poursuivent ce vendredi dans le monde deux jours après la tuerie qui a frappé le journal satirique Charlie Hebdo à Paris.

16 h 25. Le contact a été établi entre la police et les preneurs d’otages, selon i>Télé.

16 h 22. Sur Twitter, Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du FN, réagit à sa manière aux tragiques événements en France :

16 h 19. Le prince Harry s’est rendu vendredi midi à l’ambassade de France de Londres où il a signé le livre de condoléances en mémoire des victimes de l’attentat contre l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo à Paris. « Très chaleureusement, meilleurs voeux », a écrit Harry, quatrième dans l’ordre de succession au trône britannique, sur le livre de condoléances posé devant les douze photos des victimes de l’attaque du journal français.

16 h 18. L’islamiste Djamel Beghal, qui apparaît dans un dossier judiciaire aux côtés de Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly, a été placé à l’isolement en détention et n’a « rien à voir » avec les attentats en cours, a déclaré vendredi son avocat. « Il m’a dit n’avoir rien à voir ni de près ni de loin avec les événements en cours et déplore, notamment pour la sécurité de sa famille qui se trouve à Londres, les amalgames qui le présentent comme le cerveau des attentats de 1995 en France, alors qu’il n’a jamais été mis en cause dans cette affaire », a déclaré à l’Agence France-Presse Me Bérenger Tourné, qui a eu par téléphone son client qui est incarcéré à Rennes.

16 h 14. Israël suit avec inquiétude la situation à Paris », a indiqué le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, dans un communiqué, « l’offensive terroriste en cours depuis trois jours ne vise pas seulement le peuple français ou les juifs de France mais tout le monde libre ».

16 h 9. Selon nos informations, des gens sortent au compte-gouttes. Non pas de l’hypercasher mais du magasin Charles, traiteur voisin, où étaient enfermés des clients depuis le début de la prise d’otages.

16 h 6. La préfecture de police de Paris publie sur Twitter la liste des écoles confinées de l’Académie de Paris.

#AlerteAttentat liste des écoles confinées sur #Paris Voir la pièce jointe de ce tweet. pic.twitter.com/ee5ikeIDoQ
Préfecture de police (@prefpolice) 9 Janvier 2015

16 h 1. Selon nos informations, Amedy Coulibaly demande la libération des frères Kouachi. Il menace de tuer « tout le monde » si l’assaut est lancé contre les deux suspects, affirme Metronews.

15 h 48. La rencontre Merkel-Hollande prévue ce dimanche est reportée.

15 h 45. Selon nos informations, Amedy Coulibaly, le preneur d’otages de la porte de Vincennes, n’est pas armé d’une kalachnikov, mais d’un pistolet-mitrailleur Uzi.

15 h 38. Canal+ déprogramme l’entretien avec Michel Houellebecq vendredi soir.

15 h 36. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a demandé vendredi aux télévisions et aux radios d' »agir avec le plus grand discernement » pour assurer la sécurité de leurs équipes et ne pas gêner l’enquête, au moment où se déroulaient deux prises d’otages simultanées, liées à l’attentat contre Charlie Hebdo. « Face aux événements tragiques que connaît actuellement le pays, le Conseil supérieur de l’audiovisuel invite les télévisions et les radios à agir avec le plus grand discernement, dans le double objectif d’assurer la sécurité de leurs équipes et de permettre aux forces de l’ordre de remplir leur mission avec toute l’efficacité requise », écrit le gendarme de l’audiovisuel dans une « note aux rédactions ».

Source : http://www.lepoint.fr/…/en-direct-prise-d-otages-a-vincenne…

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook