• Accueil
  • >
  • INSPIRATION
  • >
  • À seulement 5 ans, ce petit prodige de la batterie reçoit une bourse d’étude universitaire

À seulement 5 ans, ce petit prodige de la batterie reçoit une bourse d’étude universitaire

Le talent, dit-on, n’attend point le nombre des années. Et c’est le cas du petit Jeremiah Travis. Ce petit afro-américain âgé de 5 ans est, en effet, connu pour être un prodige de la batterie. Son génie précoce lui a récemment valu de recevoir une offre de bourse de l’université HBCU Alcorn.
Ce n’est qu’en 2032 qu’il obtiendra son diplôme d’études secondaires mais il a d’ores-et-déjà l’opportunité s’il le souhaite de jouer dans le groupe « Sounds of Dyn-O-Mite » de ladite université de Lorman, dans le Mississipi.
C’est l’éthique de travail de Travis qui a séduit ceux qui ont porté leur regard sur lui. En effet, Travis a tapé dans l’œil après de Chesterton Frye, ancien directeur de la fanfare des étudiants d’Alcorn State University après qu’il l’ait aperçu en train de tambouriner dans les gradins. « Il a 5 ans, mais il travaille toujours sur ses compétences », a déclaré Frye. « N’importe quel temps libre dans la salle du groupe ou quand nous faisons la pause, il joue du tambour sur le sol, il demande à d’autres batteurs de venir et leur demande simplement « pouvons-nous jouer, pouvons-nous jouer ». 
La mère du petit garçon, Nicole Jackson, 40 ans et mère de trois enfants, a dû contracter des emprunts pour aider sa fille de 21 ans à poursuivre ses études. Mais elle n’aura pas à le faire pour Travis. Jamais elle n’aurait cru que la passion de son petit garçon qui avait commencé à taper sur des blocs ABC (jouets pour enfants) le conduirait à l’offre d’une bourse universitaire. « Maintenant, savoir qu’il a 5 ans et qu’il a une bourse d’étude complète me fait du bien (…) je suis juste étonnée de voir son niveau de jeu parce qu’il est si jeune », confie Madame Jackson.
Aux Etats-Unis, les activités sportives ou artistiques sont souvent le seul moyen pour beaucoup d’enfants noirs américains vivant dans la précarité d’avoir accès à une formation universitaire sans être criblés de dettes.

Annabella Kemayou

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video