• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • RDC : Une tonne de minerais saisie dans le véhicule d’un agent de l’ONU

RDC : Une tonne de minerais saisie dans le véhicule d’un agent de l’ONU

Le conducteur d’une voiture des Nations Unies a été arrêté dans une province de la République démocratique du Congo, essayant d’utiliser son outil de travail pour faire passer en douce une tonne de minerais jusqu’au Rwanda. Au volant d’une Jeep de la Monusco immatriculée 1727, l’individu a tenté de rallier le Rwanda en passant par la ville frontalière de Goma. Les services de sécurité commis au poste-frontière de cette ville ont appréhendé le chauffeur et sa cargaison, probablement volée.

Dans un communiqué du ministre provincial du Nord-Kivu, Naason Kubua Ndoole, la nature du minerai est précisée. Il s’agit de 1 200 kg de cassitérite que le chauffeur Julien Mukala cachait à bord de son véhicule. Des informations qui ont été confirmées par la mission de l’ONU en République démocratique du Congo. Le parquet de Goma a ouvert une enquête pour situer les responsabilités et trouver ce que cache cette affaire.

Ce qui a mis la puce à l’oreille des agents frontaliers, c’est la difficulté du 4×4 à rouler tant il était surchargé. Lorsqu’ils ont arrêté le chauffeur et ont découvert l’importante cargaison, Julien Mukala a tenté de les soudoyer en leur donnant une partie de ce qu’il transportait. Ce n’est pas la première fois qu’une cargaison de cassitérite est saisie. Le 3 août, l’armée congolaise avait annoncé avoir arrêté le colonel Balumisa Chuma, commandant du secteur de Walikale. Lui et une douzaine de ses hommes ont été arrêtés en possession de dix tonnes de cassitérite.

L’extraction clandestine de la cassitérite dans les Nord et Sud Kivu et le Maniema est en général imputée aux groupes rebelles et aux milices locales. La cassitérite et le coltan, en abondance dans ces régions, sont très convoités en raison de leur utilisation en électronique. Selon un rapport publié en 2009 par le sénat, 80 % des exportations de minerais échappent au contrôle de l’État congolais dans ces régions provinciales.

Harris DJIRO

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook