QUAND ZINSOU DÉFEND LE FCFA ET MINIMISE KEMI SEBA

Nulle n’est sans ignorer, du moins pour ceux qui s’intéressent à la vie politique du continent, que Lionel Zinsou est un des plus farouches défenseurs de ce qu’on appelle la Françafrique. C’est bien évidemment dans son rôle de « chien de garde » de la Françafrique qu’il s’est exprimé sur la situation du Francs CFA et y est allé de son petit commentaire sur la récente polémique autour de Kemi Seba.

Il est vraisemblablement un de ceux qui arguent que la Françafrique se porte bien, et a même de beaux jours devant elle. Lionel Zinsou, ancien Premier Ministre béninois et président de la Fondation AfricaFrance, s’est exprimé sur la situation du Francs CFA dans les pays africains francophones.
Pour lui «pour les entreprises, la question n’est pas de savoir si la monnaie s’appelle le franc des colonies d’Afrique ou le shilling kényan. Tous les populistes du monde se mêlent d’économie, pourquoi les pays africains y échapperaient », a-t-il déclaré lundi à l’occasion d’une conférence sur les rencontres Africa 2017. En d’autres termes, pour l’ancien chef du gouvernement de Yayi Boni, le problème n’est pas au niveau de la monnaie et que les pays africains s’en
sortiraient bien avec le Francs CFA.

L’activiste et leader du Front Anti-CFA, Kémi Seba

Parallèlement à cette position tranchée en faveur du CFA, se trouve une autre mais cette fois-ci opposée à ladite monnaie. En tête de file, Kemi Seba, activiste panafricain, leader du Front Anti-franc-CFA, arrêté puis relaxé le 29 août dernier il y a à peu près une semaine, pour avoir cramé un billet de banque (5000 FCFA) en guise de protestation, tout un symbole.

Cette actualité liée à la question du CFA, le président d’AfricaFrance l’a commentée. Pour lui, « toutes les agitations contre le franc « CFA » sont animées par des activistes qui ne s’intéressent pas à la stabilité monétaire des Etats. »
Une manière subtile de minimiser le combat du « frère » Kémi Seba. Pas sûr que l’ancien Premier Ministre béninois ou dirait-on franco-béninois, ne reste sans réponse de la part de Kémi.

A l’heure où l’Afrique s’est résolument engagée dans une néo-décolonisation, cette fois réelle, les positions en faveur des forces colonisatrices telle celle de Lionel Zinsou, ne risquent pas de trouver preneurs. Toutefois, il convient de reconnaître que l’Afrique, avec tous les problèmes qu’elle a, notamment dans les pays du sud du Sahara en l’occurrence ceux francophones, l’urgence n’est pas celle de mettre fin au Francs CFA. Ce combat ne doit pas être exclusif, il serait raisonnable de mettre autant d’énergie dans d’autres domaines aussi problématiques que le CFA.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Etudiant Journaliste, Blogueur. Passionné de lecture et de sport (Football, Judo, Boxe). Gabonais, j'ai une Licence en Lettres Modernes Option Littérature, civilisation et culture française et francophone.

  • facebook
  • twitter
  • youtube
  • instagram

Suivez-nous sur Facebook