• Accueil
  • >
  • CINÉMA
  • >
  • « Je Suis Thiaroye » un film, un devoir de mémoire

« Je Suis Thiaroye » un film, un devoir de mémoire

  • Par Olivier Mbadinga
  • 2 Mois
  • CINÉMA

« Je Suis Thiaroye » est un court-métrage réalisé par un jeune réalisateur parisien, Johan Amselem. Relatant à sa façon l’histoire d’un tirailleur sénégalais durant la Seconde Guerre Mondiale, ce jeune photographe et réalisateur vient mettre au grand jour une histoire longtemps restée enfouie dans les souvenirs troubles de l’histoire africaine. Découvrons!

« Le drame de l’Afrique c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire! » Nicolas Sarkozy, ancien président de la France, 26 juillet 2007, Dakar, Sénégal.

Cette déclaration, devenue célèbre pour son auteur, pas forcément en bien d’ailleurs, illustre assez bien ici une histoire africaine occultée ou oubliée. C’est ce préjugé que Johan Amselem veut rompre dans son film-documentaire « Je Suis Thiaroye« . Préjugé autour de l’histoire de l’Afrique et des africains. Comme pour tenter de répondre à Sarkozy, il apporte une fois de plus, comme de nombreux l’ayant précédé dans cet exercice, une preuve tangible et palpable de l’implication de l’homme africain dans l’histoire du monde.

« Je Suis Thiaroye »: Le devoir de mémoire

Les tirailleurs sénégalais. Vous en avez déjà entendu parler au moins une fois au cours de votre vie. Ces valeureux soldats et hommes déportés de leurs villages, de leur pays, pour servir sur le front au nom de la France! Sur le parcours de ces soldats, le massacre de Thiaroye. L’un des chapitres les plus sanglants de l’histoire de la colonisation française en Afrique subsaharienne.

Le 1er décembre 1944, l’état français assassine des centaines de tirailleurs sénégalais ayant combattus pour la France, dans le camp de Thiaroye au Sénégal. La raison de ce génocide ? Ils ont osé réclamer leur solde et surtout… ils sont noirs. Pour le gouvernement français, il était question d’occulter cette tragédie, l’effacer des archives. Mais, la mémoire, elle, a survécu au massacre. Ce passé trouble de l’histoire des tirailleurs sénégalais, cette histoire trouble de l’Afrique a survécu et bien résisté au temps. 

Visionnez Le Film ici

Le film

Johan Amselem, réalisateur de « Je Suis Thiaroye », Facebook de Johan Amselem

Johan Amselem a ainsi interrogé la mémoire de Thiaroye. Il l’a, de façon singulière et unique, racontée et la porte aujourd’hui au monde entier. Afin que personne ne soit épargnée par cette histoire, il est donc utile de la partager.

Ce film retrace l’histoire d’un tirailleur sénégalais durant la seconde guerre mondiale. A travers le regard de celui-ci, le réalisateur nous transporte au cœur de la guerre. Un récit franc et poignant, emprunt de sincérité et parfaitement exécuté par l’acteur mis en scène. Ce film nous permettra de ne jamais oublier Thiaroye. Pour ne jamais oublier leur courage. Pour ne jamais oublier la lâcheté de la France.

Ce film nous rappelle que « Nous sommes (tous) Thiaroye« !

 

Le film participe à la 10e édition du Nikon Film Festival

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Journaliste-Reporter, Rédacteur, blogueur, Réalisateur et écrivain gabonais de 28 ans. Célibataire et sans enfants.

  • facebook
  • twitter
  • linkedIn
  • vimeo
  • youtube
  • instagram

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video