• Accueil
  • >
  • SPORT
  • >
  • [SPORT] CÔTE D’IVOIRE-GRÈCE: UN ENJEU HISTORIQUE POUR LES « ÉLÉPHANTS »

[SPORT] CÔTE D’IVOIRE-GRÈCE: UN ENJEU HISTORIQUE POUR LES « ÉLÉPHANTS »

  • Par 1oo312ksa
  • 5 Années
  • SPORT

*Spécial Coupe du Monde 2014*

Didier Drogba et ses partenaires peuvent entrer dans l’histoire du football africain en devenant la première sélection ivoirienne à se qualifier pour les huitièmes de finale d’une Coupe du monde. Pour cela, les « Eléphants » auront intérêt à battre une rugueuse équipe de Grèce, ce 24 juin 2014 à Fortaleza.

Ce 24 juin 2014 rentrera-t-il dans les annales du football africain et ivoirien ? C’est ce mardi à Fortaleza que l’équipe de Côte d’Ivoire pourrait atteindre pour la première fois de son histoire les huitièmes de finale de la Coupe du monde.

Face à la Grèce, qui n’a qu’1 point, les « Eléphants » sont maîtres de leur destin. Une victoire les enverrait au second tour. En effet, avec 3 points au compteur, un match nul pourrait également faire l’affaire des Ouest-Africains, si le Japon (1 point) ne bat pas la Colombie (6 points), dans l’autre rencontre du groupe C. Mais Wilfried Bony ne préfère pas miser sur ce scénario. « Ce sera un match difficile, ce sera une finale, lance l’attaquant. Le plus important est de jouer de telle sorte que nous puissions gagner à la fin ». Le milieu de terrain Geoffroy Serey Dié prévient : « Il faut aborder ce match avec beaucoup de sérénité. Il faut respecter les Grecs mais jouer notre jeu. » Boubacar Barry Copa, le portier ivoirien, ajoute : « Le coach (Sabri Lamouchi) nous dit depuis le début qu’on a les clés en main. Ce dernier match prouve que tout ce que le coach avait dit est vrai. »

« La Grèce est une équipe très compacte »

Sabri Lamouchi, le très décrié sélectionneur de la Côte d’Ivoire, s’attend à une opposition farouche, pour ce premier Côte d’Ivoire-Grèce de l’histoire. « On sait que ce sera très difficile face à une équipe grecque qui perd très rarement deux matches d’affilée, lâche-t-il en conférence de presse, ce 23 juin. Il va être très important pour nous de bien rentrer dans ce match, d’être patients, de ne pas faire d’erreurs comme on a pu en commettre contre la Colombie. On s’attend à tout sauf à une partie facile, demain ».

« On sait que c’est une équipe très compacte, très défensive et qui joue surtout les contres », précise Copa Barry. « Il ne faut pas se disperser, rester bien concentrés et garder cet état d’esprit qu’on a eu face au Japon et à la Colombie. On voit que toute l’équipe est en train de monter en puissance. »

Face aux Hellènes, Gervinho pense aussi que la solution est évidente : « Il ne faut pas se précipiter. Il faut être patients, jouer collectivement, attendre le bon moment pour faire la différence. » Excité par l’enjeu, l’attaquant glisse : « On serait très fiers d’avoir atteint notre objectif et d’avoir donné de la joie en Côte d’Ivoire. Beaucoup de personnes ont tant souffert à cause de nous, à chaque échec en Coupe d’Afrique… »

Avec une place en huitièmes de finale du Mondial 2014, les Ivoiriens apporteraient également du réconfort à leurs compatriotes victimes d’inondations à Abidjan, selon Sabri Lamouchi. « On pense également à ces gens qui ont perdu beaucoup de choses. Par le match de demain, nous pouvons faire un peu oublier les événements tragiques qui viennent de se passer », glisse l’entraîneur français. Rajoutant ainsi un peu de pression à une équipe nationale ivoirienne qui a beaucoup pâti d’attentes socio-politiques, ces dernières années…

FERNANDO SANTOS : «NOUS AVONS AUSSI CONSCIENCE DES DÉFAUTS DE LA CÔTE D’IVOIRE»
Fernando Santos, le sélectionneur de l’équipe de Grèce, s’est exprimé en conférence de presse sur son futur adversaire, ce 23 juin 2014 à Fortaleza :

« La Cote d’Ivoire est une équipe très forte. L’une des meilleures d’Afrique. Une équipe avec des joueurs de grand talent. Des joueurs qui évoluent dans les meilleurs clubs européens, qui jouent donc régulièrement des phases finales de grands championnats ou de coupes. Cela en fait donc des joueurs très expérimentés. Mais pour moi ce n’est pas un obstacle ! Vous savez, en Coupe du monde, toutes les équipes sont de qualité et nous avons donc tout a fait conscience des qualités de la Côte d’Ivoire. Mais nous avons aussi conscience de ses défauts. Des grands joueurs dans de grandes équipes ne sont pas infaillibles et nous allons essayer d’en profiter. C’est le message qu’un entraîneur essaie de livrer à ses joueurs. C’est un travail d’étude plus simple quand la sélection en question est européenne. On la connaît mieux que les équipes africaines ou asiatiques. Mais c’est là l’essentiel du travail d’un sélectionneur ! »

L’entraîneur portugais est également revenu sur les difficultés de son équipe, qui n’a inscrit aucun but depuis le début de la Coupe du monde 2014 :

« Le passé est le passé et je ne peux pas le changer. Donc, nos deux premiers matches sont derrière nous, et nous sommes tournés vers le prochain. Et je ne peux qu’aider mes joueurs à se concentrer sur celui face a la Côte d’Ivoire. Notre premier objectif sera d’abord de marquer des buts. Enfin, au moins un de plus que l’adversaire… Notre qualification est à ce prix et il ne faut penser qu’à faire de notre mieux pour cela. Nous étions dans la même situation lors de l’Euro 2012 en Pologne : 1 point en deux matches. Et nous avions battu la Russie lors du troisième pour valider notre qualification en quarts. C’est toujours positif de se servir de ce genre d’expérience pour motiver les joueurs. Pour renforcer leur confiance. Ça peut aider mais ça ne fera pas tout ! »

Source: www.rfi.fr/afrique-foot/20140624-cote-ivoire-grece-enjeu-historique-elephants/

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook