• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] SUR TWITTER, « ANTINOIR » DEVIENT UN MOT CLEF… ANTIRACISTE

[SOCIÉTÉ] SUR TWITTER, « ANTINOIR » DEVIENT UN MOT CLEF… ANTIRACISTE

Après la polémique provoquée par les tweets antisémites associés au mot-clé (« hashtag ») #UnBonJuif, Twitter serait-il devenu le lieu prévilégié du racisme anonyme ? Lundi 12 novembre et mardi matin, le mot-clé « #AntiNoir » a longtemps été en tête des trending topics [les mots-clés les plus utilisés] des utilisateurs francophones.

Et depuis mardi matin, des centaines d’utilisateurs s’indignent de l’existence même de ce « hashtag » et du racisme qu’il véhicule.

Mais, à y regarder de plus près, #AntiNoir est surtout utilisé… pour s’indigner de l’existence même du mot-clé. Autrement dit, plus les utilisateurs de Twitter dénoncent l’existence de ce hashtag, tout en l’utilisant, plus il est présent sur le réseau.

En analysant les tweets de cette nuit, on trouve tout de même quelques tweets racistes – au moins un compte a été effacé par les modérateurs de la plateforme de micoblogging – et quelques plaisanteries pleines de mauvais esprit.

Si l’origine du « hashtag » est difficile a retracer, il semble qu’il soit en fait parti d’une plaisanterie au goût douteux de la part d’un adolescent qui affirme aujourd’hui s’être fait pirater son compte par l’un de ses amis. Les réponses indignées à ce tweet raciste, en plein milieu de la nuit, ont visiblement suffit à faire remonter le mot-clé en tête des hashtags les plus utilisés dans la twittosphère francophone.

Les comptes des deux utilisateurs ne sont plus accessible depuis la fin de matinée, mardi. La « blague » est visiblement partie en réponse à un autre hashtag, celui-ci homophobe : #antihomosexuel, posté par des internautes opposés au mariage homosexuel. Un mot-clé qui, lui aussi, s’est paradoxalement transformé en plaidoyer pour l’égalité des droits homos-hétéros, à force de tweets s’indignant de son existence.

Source : lemonde.fr

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook