• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] PAYS-BAS : UN RÉSEAU DE MARIAGES BLANCS ENTRE ANTILLAIS ET NIGÉRIANS DÉMANTELÉ

[SOCIÉTÉ] PAYS-BAS : UN RÉSEAU DE MARIAGES BLANCS ENTRE ANTILLAIS ET NIGÉRIANS DÉMANTELÉ

La police des Pays-Bas a démantelé un réseau qui organisait des mariages blancs en Grande-Bretagne. »La gendarmerie a interpellé cette semaine seize femmes et sept hommes soupçonnés de s’être rendus en Grande-Bretagne pour contracter de faux mariages », a indiqué le parquet dans un communiqué, ajoutant: « ils sont quasiment tous des Néerlandais d’origine antillaise ».Des unions étaient réalisées entre des Néerlandais et des immigrés illégaux nigérians, lesquels payaient pour légaliser ainsi leur séjour, a annoncé vendredi le parquet néerlandais.

Une fois mariés, les « époux » ou « épouses » nigérians obtenaient un permis de séjour légal qui leur permettait de bénéficier des droits à une protection sociale. En échange, les « conjoints » néerlandais recevaient entre 2500 et 3500 euros.

Un porte-parole du parquet a précisé que le réseau avait recours à des Néerlandais d’origine antillaise parce qu’ils peuvent être confondus avec des Nigérians. Après le mariage blanc, les vrais conjoints des Nigérians arrivaient au Royaume-Uni pour prendre la place des Néerlandais, qui retournaient aux Pays-Bas.

Ces interpellations ont marqué la fin d’une enquête menée en collaboration avec les autorités britanniques et Europol, qui a conduit à l’arrestation, au cours des deux dernières années, de 81 personnes au total, dont 66 ont déjà été condamnées à des peines allant de quelques mois à six ans de prison, principalement au Royaume-Uni.

Certains mariages blancs ont été empêchés « de peu » alors même que les faux mariés se trouvaient devant l’autel, a indiqué le parquet.

« Nous avons vu des robes de mariée sur lesquelles le prix était encore indiqué, utilisées par trois femmes le même jour, qui échangeaient la robe juste à l’extérieur de l’église », a expliqué un des officiers ayant participé à l’enquête, cité par le quotidien populaire néerlandais « De Telegraaf ».

Source : camer.be

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook