• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • [SOCIÉTÉ] AFRIQUE : UNE AUTOROUTE POURRAIT « CRÉER DES MILLIONS D’EMPLOIS ET DÉVELOPPER LE SAHEL »

[SOCIÉTÉ] AFRIQUE : UNE AUTOROUTE POURRAIT « CRÉER DES MILLIONS D’EMPLOIS ET DÉVELOPPER LE SAHEL »

A l’heure où le Sahel connaît une crise profonde, Mustafa Shehu, de la Société nigériane des ingénieurs (NSE), lance un appel international pour réunir les 5,2 milliards de dollars nécessaires à la construction de l’autoroute transsaharienne, un projet qui piétine depuis bientôt 40 ans.

Selon les ingénieurs nigérians, la rentabilité de cette autoroute est évidente : elle permettra d’accroître considérablement les activités socio-économiques du Sahel, d’enrayer la désertification dans la partie Nord de l’Afrique et de désenclaver des régions du Niger, du Mali et du Tchad. « Les ingénieurs nigérians croient fermement que l’ouverture du Sahara permettra le développement du commerce continental. La circulation des biens et des services à travers le continent sera renforcée et va évidemment créer un effet multiplicateur sur les possibilités d’emploi, d’éducation, de croissance industrielle, de réduction de la migration transfrontalière, de récupération des terres envahies pour l’agriculture et le pâturage pour des millions d’Africains qui bordent le Sahara ».

Le Dr Newton Jibunoh, militant écologiste, est venu appuyer leur projet qui « ne peut pas être qualifié d’éléphant blanc à cause des énormes potentialités économiques qu’il recèle. Imaginez un réseau routier qui va d’Alger au Nigeria tout en reliant l’Ethiopie et l’Afrique du Sud, puis la République démocratique du Congo. La facilité de mouvements qui sera créée et le volume d’échanges commerciaux qui en découleront sont énormes. Le projet peut en effet se financer », a-t-il déclaré au Guardian.

Le projet est également soutenu par le général Theophilus Danjuma, ex-ministre de la Défense du Nigeria : « Le potentiel pour créer des millions d’emplois directs et indirects pour les jeunes chômeurs à travers le continent; le potentiel de fournir de l’eau potable à des millions de personnes le long de la route à travers les usines de dessalement, de produire de l’énergie, en exploitant le potentiel solaire abondant et l’énergie éolienne, le potentiel pour l’exploration géologique du Sahara pour ses trésors cachés ne doivent pas être sous-estimés » assure-t-il.

En Algérie, la construction du tronçon de la route transsaharienne de 200 kilomètres entre Assamaka (Algérie) et Arlit (Niger) devrait commencer cette année 2013 pour s’achever en 2015 pour un budget estimé à 102 millions de dollars.

Source : agenceecofin.com

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook