• Accueil
  • >
  • TRIBUNE LIBRE
  • >
  • J. MARION SIMS, CELUI QUI TORTURAIT LES ESCLAVES NOIRES POUR SES EXPÉRIENCES

J. MARION SIMS, CELUI QUI TORTURAIT LES ESCLAVES NOIRES POUR SES EXPÉRIENCES

Le 17 avril dernier marquait le premier anniversaire du déboulonnement par la mairie de New-York de la statue d’un certain docteur James Marion Sims, considéré comme le père de la gynécologie moderne, en raison des expériences que le médecin a pratiquées sur des esclaves au XIXe siècle. Retour sur la vie d’un personnage controversé.

Sims est surtout connu pour son invention du spéculum vaginal et son intervention chirurgicale pour guérir une fistule vésico-vaginale. Souvent causé par des problèmes lors de l’accouchement, un trou se développe entre la vessie et le vagin, entraînant une gêne et une douleur incontrôlables et persistantes.

Un médecin ambitieux aux méthodes douteuses

Né dans le comté de Lancaster, en Caroline du Sud en 1813, James Marion Sims a suivi une formation qui semble aujourd’hui bien peu rigoureuse pour avoir le droit d’exercer en tant que médecin. Après avoir suivi des cours pratiques de trois mois et étudié pendant un an au Jefferson Medical College, il a commencé à exercer à dans sa ville natale. Il a ensuite déménagé à Montgomery, en Alabama, espérant prendre un nouveau départ après la mort de ses deux premiers patients.

C’est à Montgomery que le chirugien bâtit sa réputation auprès des riches propriétaires de plantations en s’occupant de leurs esclaves. Selon Vanessa Gamble, professeure de médecine humaine à l’Université George Washington, les pratiques de Sims étaient profondément enracinées dans la tradition esclavagiste. L’homme avait l’habitude de se rendre sur les plantations et de « rafistoler » les esclaves pour qu’ils puissent continuer à produire… et surtout à se « reproduire », afin d’assurer la pérennité de l’entreprise de leurs maîtres.

Comme la plupart des médecins au 19e siècle, Sims n’avait à l’origine que peu d’intérêt pour le traitement des patientes et aucune formation gynécologique spécifique. À l’époque, l’examen et les traitements gynécologiques étaient largement considérés comme offensants et peu recommandables. Mais son intérêt pour le traitement des femmes a changé lorsqu’on lui a demandé de s’occuper d’une patiente qui souffrait de douleurs pelviennes et dorsales.

Il était tellement convaincu qu’il avait découvert une panacée chirurgicale pour la fistule qu’il a invité « environ une douzaine » médecins à observer le premier acte chirurgical qu’il avait opéré sur Lucy en 1845.

Les malheurs de Lucy

Pendant quatre ans, de 1845 à 1849, Sims effectua des chirurgies expérimentales sur des esclaves qu’il gardait dans un « petit hôpital de huit lits pour prendre soin de patients nègres », dans son arrière-cour à Montgomery, Alabama, comme il l’expliquait dans son autobiographie.

Le premier patient à subir la chirurgie expérimentale de James Marion Sims en 1845 s’appelle Lucy. Lucy, une femme noire esclave en Alabama, est restée agenouillée au-dessus d’une table pendant plus d’une heure alors que Sims cherchait à réparer un trou entre sa vessie et son vagin sans lui donner aucune anesthésie, qui n’était alors pas largement utilisée.

Lucy a rapidement développé un empoisonnement du sang après que le médecin eut essayé de fabriquer un cathéter en un morceau d’éponge, ce qu’il reconnaîtra plus tard comme un acte « stupide » de sa part. « L’agonie de Lucy était extrême, écrit Sims dans son autobiographie de 1884. Je pensais qu’elle allait mourir ».

Mais Lucy ne mourra pas. Avec au moins six autres femmes esclaves, elle a enduré quatre années de chirurgies expérimentales avant que Sims n’ait finalement perfectionné la procédure, cherchant à guérir ce qu’on appelle une fistule vésico-vaginale. Son succès lui a valu le surnom de « père de la gynécologie moderne ».

Le côté sombre d’une gloire

Mais au fil des années, ce succès a été éclipsé par le fait qu’il l’ait mérité sur le dos des esclaves. C’est la raison pour laquelle sa statue de Central Park a été enlevée mardi 17 avril 2018, soit 124 ans après son érection en grande pompe, juste en face de l’Académie de médecine de New-York.

Les défenseurs de Sims affirment que l’esclavagiste né dans le Sud du pays était simplement un homme de son temps pour qui la fin justifiait les moyens, et que les femmes réduites en esclavage qui souffraient de fistules souhaitaient tant bénéficier d’un traitement qu’elles auraient accepté de participer à ses expériences de leur plein gré. Cependant, on ne retrouve aucune trace écrite de ces supposés accords.

Ses détracteurs estiment quant à eux que Sims se souciait plus de ses expériences que des traitements thérapeutiques, et qu’il a causé à ces femmes des souffrances innommables en se cachant derrière le préjugé raciste voulant que les Noirs ne ressentent pas la douleur. Une longue tradition d’apartheid médical aux États-Unis qui inclut les expériences menées sur Henrietta Lacks.

Lorsque la ville de New York érigera la statue de Sims dans le cimetière Green-Wood de Brooklyn, son nouveau socle sera plus petit, a rapporté le New-York Times. La Commission consultative des maires sur l’art, les monuments et les marqueurs de la ville s’est engagée à placer une plaque à côté de la statue qui explique « le legs de Sims sur l’expérimentation médicale non-consensuelle sur les femmes de couleur au sens large et sur les femmes noires en particulier, que Sims a fini par symboliser ».

Pour « honorer le sacrifice des femmes dont les corps ont été utilisés au nom de la promotion scientifique », la plaque portera également les noms des femmes qui ont subi les expériences de Sims: Lucy, Anarcha, Betsey.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook