• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • Le racisme comme facteur de pensées suicidaires chez les hommes afro-américains

Le racisme comme facteur de pensées suicidaires chez les hommes afro-américains

Une étude réalisée par des chercheurs de l’Université du Michigan révèle que la discrimination raciale sous toutes ses formes serait la cause de l’augmentation du taux de dépression et de suicide chez les hommes noirs.
En effet les statistiques parlent d’elles-mêmes , en 20 ans, le pourcentage de mort par suicide dans la communauté afro-américaine et en particulier chez les hommes de cette communauté est en nette hausse. Et le racisme a été identifié comme un facteur contributif dans de nombreux cas.
Pour Janelle Goodwill, auteur de l’étude, candidate au doctorat en psychologie et en travail social, les expériences de discrimination, même subtiles peuvent causer beaucoup de dommages psychologiques.
Pour cette étude, en collaboration avec les docteurs Robert Joseph Taylor et Daphne Watkins, professeurs de travail social associés à l’Institut des recherches sociales, ont examiné si les expériences de discriminations quotidiennes étaient associées à des taux plus élevés de dépression et de pensées suicidaires.
Les données ont été tirées du sous-échantillon d’hommes afro-américains de la National Survey of American Life, totalisant 1 271 personnes. À ces hommes il leur a été demandé s’ils avaient été victimes de discrimination dans leur vie, du type insulte, harcèlement, s’ils étaient traités avec respect ou perçus comme incompétents. Les participants ont dû identifier la raison principale de ces expériences. Les options de réponse incluaient la race, le sexe, l’âge, l’origine ethnique et la taille du corps. Les participants ont également indiqué s’ils avaient déjà envisagé sérieusement de mettre fin à leurs jours.
Les conclusions de l’étude indiquent que le lien entre la discrimination raciale et le suicide est statistiquement significatif.
« Les résultats de notre étude apportent une nouvelle contribution à la littérature en maintenant cette relation au sein d’un échantillon représentatif au niveau national d’hommes afro-américains adultes », a déclaré Janelle Goodwill.
Selon les chercheurs, cette étude est importante, car dans de nombreuses études empiriques, la communauté afro-américaine est laissée pour compte. Selon les chercheurs, cette étude est importante, car dans de nombreuses études empiriques, la communauté afro-américaine est laissée pour compte.
Pour Janelle Goodwill, une meilleure prise en charge de la santé mentale des hommes noirs passe inévitable par la prise en compte du contexte social et culturel dans lequel ils vivent, et l’adaptation des ressources de prévention et de traitement à celui-ci, ainsi que la mise en place de stratégie pour lutter contre les discriminations raciales.
Annabella Kemayou

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook