• Accueil
  • >
  • SPORT
  • >
  • MARATHON DE PARIS : LE KENYAN LONYANGATA SERA ENCORE LÀ

MARATHON DE PARIS : LE KENYAN LONYANGATA SERA ENCORE LÀ

Le Kényan Paul Lonyangata s’est imposé sur la 41e édition du marathon de Paris l’an dernier. L’athlète avait bouclé sa course en 2h06min et 10sec, suivi de ses compatriote Stephen Chebogut (2h 06min56) et Solomon Yego (2h 07min13).

Cette victoire fut Le 3e succès de l’homme sur les 42,195 km après ceux à Lisbonne en 2013 et Shanghai en 2015.
Avec un chrono de 27min 14 sec sur 10 km, Paul est entré dans la cour des grands. Mais la joie de l’athlète fut double ce jour là puisqu’à lui et sa femme, ils avaient accompli quelque chose qui ne s’était jamais passée auparavant. Pour la première fois dans un grand marathon, un couple a été champion, c’est-à-dire Paul chez les hommes et sa tendre épouse Purity Rionoripo chez les dames en 2h20 min 55 sec.
Mais un record pouvant cacher un autre, ce fantastique temps de madame Lonyangata était trop fort pour demeurer qu’un simple chrono, ce dernier est donc devenu depuis ce jour 9 avril 2017 le nouveau record de l’épreuve.

Avec donc comme favori le tenant du titre Paul Lonyangata et chez les dames Ruth Chepngetich, sa compatriote et membre de la même écurie « Rosa et associés », La 42e édition de la compétition est pour demain dimanche proposant une course décalée entre les deux sexes qui se mêleront ainsi à l’arrivée.

C’est avec une grande assurance que leur manager italien Federico Rosa a déclaré à propos du jeune coureur de 24 ans « C’est un talent énorme et il est très intelligent ». Après ces dires, il ne fait nul doute que l’athlète serait prêt à faire un doublé demain.

Près de 55.000 athlètes prendront part à cette fête de la course et le départ sera au pied de l’arc de triomphe.

Le marathon est une disciple mondiale et olympique mais dans toutes les compétitions du monde et ce depuis des dizaines d’années c’est toujours les africains, plus précisément les kenyans et éthiopiens qui arrachent toutes les places sans même parler des 3 médailles. Et demain encore, au cas où ce ne serait peut être pas le grand favori Lonyangata qui prendra la première place, c’est certainement encore une longue file d’africains qui dicteront leur loi au reste du monde.

Séwa F. SOUROU

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook