• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • [CULTURE] 1671 : HABITAT DES PREMIERS COLONS A LA RÉUNION.

[CULTURE] 1671 : HABITAT DES PREMIERS COLONS A LA RÉUNION.

A la Réunion (île Bourbon), les premières exploitations se mettent en place, mais le recensement de 1671 faisant état de soixante et onze habitants révèle un désintérêt de la Compagnie des Indes. Trop loin de la France et surtout dépourvue d’un port naturel, Bourbon voit les administrateurs parisiens se détourner d’elle. Le peuplement ne stagne néanmoins pas complétement puisque la destruction de Fort Dauphin (à Madagascar) lors d’un soulèvement malgache, entraîne la réinstallation des rescapés dans l’île.

De plus, dès 1686, des forbans et flibustiers viennent y couler une retraite que la salubrité du climat laisse augurer agréable, sans compter que les bateaux y déposent régulièrement leurs malades qui bien souvent grossissent le flot de la population.

La première installation s’est faite à Saint-Paul, longtemps capitale et principale ville de l’île. Pourtant dès 1669, l’administrateur de la Compagnie Régnault marque son intérêt pour d’autres sites et le consigne par écrit :

« …je quittais le lieu-dit de Saint-Paul et vins m’établir au nord de l’île sur le bort de la rivière Saint-Denis, en conséquence de quoi je nommais cette habitation Saint-Denis qui est celle où il est nécessaire de commencer, continuer la demeure du Gouverneur que l’on enverra et y faire magasin jusqu’à ce qu’on soit en état et suffisamment fort pour y faire d’autres entreprises ».

Une estimation de la population en 1690, fait état de 166 habitants à Saint-Paul, 77 à Saint-Denis et 71 à Sainte-Suzanne. Ces chiffres, bien que témoignant d’une faiblesse de la colonisation, n’en dénotent pas moins un début de dissémination de la présence humaine sur l’île.

L’implantation des premiers colons en 1665 à Saint-Paul s’était faite assez loin derrière l’étang, probablement pour des raisons de sécurité (la baie ouerte offrant peu de possibilités de défense en cas de débarquement ennemi. Vers 1677, les habitants quittent ce qu’ils appellent le Vieux Saint-Paul et viennent s’installer sur les sables où ils édifient une nouvelle agglomération. Une copie d’un plan dessiné par Etienne de Champion, probablement à la fin du 17ème ou au début du 18ème siècle, restitue cette « cité » réunionnaise. Il semble que le premier édifice à voir le jour soit une chapelle, bénie le 1er mai 1667, située à l’emplacement de l’église actuelle.

Tous les témoignages concordent pour dire que l’on bâtit exclusivement en bois, y compris les bâtiments appartenant à la Compagnie des Indes et à l’Etat. Les raisons en sont très claires : l’île Bourbon étant de formation volcanique, ne dispose que de basalte, pierre dure à travailler, au contraire du bois disponible à profusion grâce aux grandes fôrets primitives recouvrant la totalité de l’île. De plus, les colons ne disposent pas d’une main-d’œuvre esclave suffisante pour de gros travaux nécessitant le transport de pierres de fort loin. Mais surtout, et cela la colonie en souffrira très longtemps, il n’y a pas d’ouvriers pour bâtir en dur, c’est-à-dire tailler la pierre ou fabriquer de la chaux. C’est fondamental, par contre, les charpentiers de Marine débarquant régulièrement avec les navires vont pouvoir faire profiter de tout leur savoir-faire aux colons.

Les premiers habitants de la réunion vont bâtir des édifices extrêmement rudimentaires sans vocation de pérénnité dans le temps. Les constructions sont très sommaires et se résument, au départ, à de simples paillotes en chaume et torchis. Ce type de bâtiment ne disparaîtra d’ailleurs pas totalement du paysage réunionnais puisqu’il restera longtemps le lot des classes sociales défavorisées de l’île.

Source : iledelareunion.net

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook