• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • Coopération Russie-Afrique : Moscou soutient les courants anti-FCFA

Coopération Russie-Afrique : Moscou soutient les courants anti-FCFA

En plus de vouloir renforcer ses partenariats avec les pays africains afin de mieux pénétrer son marché, Moscou se ligue également avec les courants souverainistes anti-F Cfa : « Oui, on peut parler, en tout cas, d’une campagne contre le franc CFA. La Russie a tendance à appuyer les courants un petit peu souverainistes qui sont contre le franc CFA », confirme Arnaud Kalika, un spécialiste de la Russie sur RFI.

Pendant le sommet, le président russe a promis de doubler dans les cinq ans à venir les échanges commerciaux avec l’Afrique. En 2018, ceux-ci ont été évalués à 17 milliards de dollars. Bien loin des échanges commerciaux avec l’Europe (275 milliards de dollars) et avec la Chine (200 milliards de dollars). Il sera aussi question de partenariat dans les secteurs de l’énergie ou encore des minerais. La Russie a ainsi conclu des accords avec trois pays africains en matière de prospection de matières premières.

La société publique russe Rosgeo, spécialisée dans les études géologiques et sismiques, a ainsi signé un accord avec le Rwanda et des protocoles d’entente avec le Soudan du Sud et la Guinée équatoriale pour faire de la prospection de matières premières.

Cette envie soudaine d’aider les anti-FCFA serait motivée par le désir de contrôler les nouvelles opérations bancaires de création de la nouvelle monnaie : « On sait aussi que la Russie aimerait être partie prenante dans les nouvelles opérations bancaires de création de la nouvelle monnaie de la CEDEAO », poursuit Arnaud Kalika.

La Russie s’inspire de ce que fait la Chine, l’Inde et la France, qui à travers ce genre de rendez-vous, tissent leur présence sur le continent. Plusieurs signes présageaient du retour de Moscou sur la scène africaine. Notamment le renforcement de la présence russe en Centrafrique. Mais la Russie pourrait très vite se trouver en porte-à-faux avec les aspirations d’une jeunesse africaine plus favorable aux alternances et aux valeurs démocratiques. 

Sarah Kossonou

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook