• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • La prison, une solution pour freiner les grossesses en milieu scolaire en Tanzanie

La prison, une solution pour freiner les grossesses en milieu scolaire en Tanzanie

Le président tanzanien a trouvé une formule pour réduire le taux très élevé de grossesses en milieu scolaire, surtout dans le sud-ouest de son pays. Désormais, tout homme qui engrossera une élève et la détournera de l’école sera emprisonné.

« Le gouvernement se tue pour fournir une éducation gratuite et ces hommes sont occupés à mettre des filles enceintes », s’est plaint le chef de l’Etat tanzanien, John MAGUFULI, lors d’une visite dans la région de Rukwa, dans le sud-ouest du pays.

Dans cette région, 229 écolières ont été engrossées par des hommes qui ont été épargnés par la loi. Une situation qui déplaît beaucoup au N°1 tanzanien : « Le taux de grossesse dans cette région est choquant et je m’attendais à ce que les 229 hommes qui ont engrossé les élèves soient emprisonnés, mais je doute que des mesures aient été prises », a-t-il dénoncé, tout en estimant que les dirigeants des gouvernements locaux et les autorités religieuses ont failli à leur rôle. Le chef de l’Etat prend l’engagement de remédier à cette situation.

À la fin de son intervention, le président a lancé des conseils à l’endroit des filles en ces mots :« N’ayez pas peur d’être dur. Vous êtes les leaders de demain et je veux que vous vous concentriez sur vos études », a-t-il martelé.

Pour rappel, en 2017, le président MAGUFULI avait rejeté les appels lancés par des militants au gouvernement pour qu’il autorise les élèves enceintes à fréquenter les écoles publiques. Il a dit à l’époque qu’il était immoral pour les jeunes filles d’être sexuellement actives.

Sarah Kossonou

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video