CHRIST WAMBA : DE LA VIE D’IMMIGRANT À UN IDÉAL

Christ Wamba, Âgé de 18 ans a fui la pauvreté de son pays natal le Congo Brazzaville en 2015 pour la Grèce. Installé dans le camp de Moria, le Lesbos une île grecque, il est en phase de réaliser son plus grand rêve quand il a foulé le sol grecque : devenir joueur professionnel de basket. Aujourd’hui Wamba fait partie de l’Aris Salonique, un club de basket grec très réputé.

Au Congo Brazzaville, Wamba jouait au basket dans les rues de la ville qui l’a vu grandir, une passion qu’il nourrit depuis petit. Il jouait sans chaussures à s’écorcher les pieds souvent le vendre creux : « Au Congo-Brazza, j’étais toujours avec mon ballon de basket. Je jouais tous les jours, toutes les heures. Je partais à l’école avec. Dans ma famille, on n’avait pas beaucoup d’argent, mais moi, je préférais m’acheter un ballon plutôt que de la nourriture », raconte-t-il.

Motivé par son ambition de réussir au basket, Christ Wamba fuit en 2015, la pauvreté qu’il vivait dans son pays pour prendre la dangereuse aventure d’immigrant vers la Turquie pour rejoindre la Grèce, dans une embarcation fortune : « J’étais dans l’équipe de basket de mon lycée et mon entraîneur me disait continuellement que j’avais les capacités pour aller loin. Mais au Congo, le basket n’est pas très connu », explique-t-il.

Arrivé en Grèce, il vit dans un camp de réfugiés dans des conditions très difficiles, mais toujours focalisé sur son objectif :  »Au camp de réfugiés, vous ne pouvez pas sortir. Pendant les trois mois, je m’entrainais seul, je courais tout le temps, je n’avais rien à faire. Et lorsqu’ils m’ont donné la permission avec une carte pour me permettre de sortir et marcher dans la ville, j’allais au terrain de basket-ball et tout est parti de là ”, explique Christ Wamba.

Christ Wamba a créé son profil sur le réseau de basket-ball Athlenda qui réunit des professionnels du basket-ball de toute la planète avec l’ambition de jouer un jour en NBA : « Des amis grecs m’ont dit de m’inscrire sur la plateforme Athlenda. « Je l’ai fait, j’ai posté des vidéos de moi jouant au basket ». Un ancien joueur international, Lazaros Papadopoulos, le repère et prend contact avec lui : « Il a parlé de mes performances au coach de l’Aris. Et le coach a décidé de me garder avec lui », explique Christ.

Aujourd’hui, la vie du jeune homme a changé. Il a un salaire de sportif et suit les entraînements de l’Artis Salonique et occupe un appartement depuis quelques mois fourni par le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) avec sa compagne une jeune étudiante grecque, rencontrée par le biais du club.

La vie sur le camp de Moria, considéré comme « la honte de l’Europe » par les ONG, est tristement célèbre pour les conditions de vie indignes subies par les migrants : surpopulation, violences, mauvaises conditions sanitaires sont un mauvais souvenir pour Christ aujourd’hui. Il a radicalement changé de vie, mais il lui reste encore un défi de taille : rencontrer ses idoles Kobe Bryant et Kevin Durant et se faire régulariser.

KHOUDIA GAYE

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook